Aller au contenu principal
1982 : Brigitte Bardot se souvient de la genèse du film « Et Dieu… créa la femme »

1982 : Brigitte Bardot se souvient de la genèse du film « Et Dieu… créa la femme »

Le 28 novembre 1956 sortait pour la première fois en salles « Et Dieu… créa la femme ». Le film, rendu célèbre par le scandale que le personnage qu'interprétait Brigitte Bardot avait suscité aux Etats-Unis, lançait définitivement la carrière de la jeune actrice française. Mais la genèse du film fut plus indécise. 

Par la rédaction de l'INA - Publié le 26.11.2021
 

Le 28 novembre 1956 sort dans les salles françaises le film « Et Dieu… créa la femme ». Ce film, réalisé par Roger Vadim et produit par Raoul Lévy, met en scène Brigitte Bardot, alors âgée de 22 ans. Elle y interprète le personnage de Juliette, une belle et sensuelle orpheline de 18 ans vivant dans le petit village de pêcheurs de Saint-Tropez, auprès de laquelle se pressent trois hommes amoureux d’elle.

Passé relativement inaperçu dans les premières semaines de projection en France, le film rencontre un large public en Allemagne et en Angleterre. Aux Etats-Unis, le scandale autour de la nudité de Bardot, de la modernité et de la liberté de ton de son personnage, provoque une telle publicité qu’il confère un statut culte au film.

A sa nouvelle sortie en France, le film est un triomphe, et fait définitivement décoller la carrière de Brigitte Bardot, alors que l’actrice avait déjà commencé à jouer au cinéma dès 1952, soit quatre ans avant « Et Dieu… créa la femme », tout en lançant le mythe Bardot à travers le monde.

Ringards

En 1982, l’actrice revenait pour Antenne 2 sur la naissance de ce film : « Vadim, Lévy et moi qui n’étions rien ni les uns ni les autres, ni Lévy comme producteur, ni Vadim comme metteur en scène, ni moi comme actrice, avions décidé de faire un film. Le problème c’est que le film ne pouvait être fait qu’en noir et blanc, parce que nous étions tous les trois des ringards, et qu’aucun distributeur ne voulait mettre un sou sur nous. »

Vadim et Lévy ont alors l’idée de proposer au célèbre acteur austro-allemand Curd Jürgens un rôle dans le film, afin d’attirer financeurs et publicité pour le film. A Munich, l’acteur rencontre Vadim et Lévy, et accepte, à une condition, que son nom figure seul au-dessus du titre du film. Le film peut se tourner, en couleurs, et dans le décors naturels (ce qui était alors tout à fait inédit) de Saint-Tropez, Gassin et Ramatuelle.

Brigitte Bardot se souvient de la réaction de la star allemande à la vue du film, une fois monté : « Curd Jürgens le regarde, et là il a été formidable, vraiment là je dois lui rendre hommage. C’était quelqu’un de merveilleux, un homme d’une grande classe, un prince. Il a dit : "ce film est le film de Brigitte Bardot, elle y est remarquable, et je tiens absolument à ce qu’elle soit au-dessus du titre avec moi". C’est comme ça que Dieu créa la femme a été présenté avec nos deux noms au-dessus du titre du film ». La suite, on la connait, « Et Dieu… créa la femme » va connaître un immense succès international, et reste, encore aujourd’hui l’un des films français les plus connus dans le monde, et notamment aux Etats-Unis.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.