Aller au contenu principal
1979 : les calculs du président d'EDF sur le risque de fissure dans les centrales nucléaires

1979 : les calculs du président d'EDF sur le risque de fissure dans les centrales nucléaires

La moitié des centrales nucléaires françaises sont à l'arrêt menaçant la France de Black-out. Un risque qui a poussé RTE, le gestionnaire du réseau électrique à demander aux Français à réduire leur consommation d'électricité. Cette annonce intervient après l'identification de fissures sur la tuyauterie de plusieurs réacteurs. Les fissures, un risque déjà connu et décrit leur construction.

Par Florence Dartois - Publié le 17.01.2022 - Mis à jour le 08.02.2022
 

En ce début avril 2022, la France pourrait connaître un black-out faute d'électricité. La baisse des températures intervient au moment critique où la moitié des centrales (24 sur 56) est à l'arrêt pour travaux de maintenance. Une maintenance qui était prévue mais a été retardée par la crise du Covid-19, à laquelle s'ajoute des arrêts provisoires après la détection d'anomalies dans certaines infrastructures, notamment des traces de corrosion et de micro-fissures sur la tuyauterie.

Ces risques de fissures liés à la corrosion étaient déjà clairement identifiés dès la construction des premières centrales nucléaires lancées en 1974, en pleine crise du pétrole. A l’époque, le gouvernement avait décidé d’assurer son indépendance énergétique en construisant un vaste parc de centrales, confiant l’édification du « tout-nucléaire » à EDF. C’est Marcel Boiteux, à la tête d’EDF depuis 1967 (jusqu’en 1979), qui fut chargé de normaliser la construction des centrales nucléaires sur l'ensemble du territoire français. Nommé à la présidence du conseil d’administration d’EDF en février 1979, il connaissait bien cette question.

Dans l’extrait que nous vous proposons en tête d'article, Marcel Boiteux décrivait l'origine probable de l'apparition de fissures dans les conduits menant aux cuves : « Ces cuves sont soumises à des cycles thermiques. Quand l’usine est en pleine puissance, elle est chaude, quand elle est en faible puissance, elle est froide ». La température de l’eau chauffée par la fission des atomes d'uranium atteignant selon lui à 350°C (elle est en fait de 320°C). Il poursuivait : « Le résultat c’est que l’acier est dilaté par la chaleur et contracté quand il fait moins chaud, et c’est cette respiration thermique qui est en cause. »

Peu de fissures avant 40 ans

Rassurant, le président d’EDF expliquait cependant que ces risques étaient minimes dans la mesure où les centrales auraient une durée de vie inférieure à celle susceptible de provoquer la corrosion de l'acier et l’apparition des fissures. La longévité de l'acier avait été calculée « pour 12 000 cycles  », selon lui, on ne dépasserait pas cette date, « ce qui est totalement exclu ».

Jean-Louis Servan-Schreiber qui menait l'interview l'interrogeait sur la durée effective : « 12 000 jours une centrale ? C’est-à-dire 40 ans ? ». Marcel Boiteux confirmait cette estimation, la minimisant même : « Oui, un peu plus de 30 ans. »

Marcel Boiteux décrivait la manière dont on avait estimé les risques et comment les « calculs volontairement pessimistes », avaient été établis. Selon ces études, « dans certains cas, la fissure ne débouchait que dans les 40-50 ans, ce qui n’a vraiment aucune importance. » précisait-il, avant d'ajouter que ces calculs concernaient notamment les fissures des « plaques tubulaires », des plaques de 50 cm d’épaisseur placés dans « les échangeurs de chaleur des réacteurs », un poste stratégique.

Des micro-fissures déjà visibles

Dans la suite de cet entretien, ci-dessous, Marcel Boiteux reconnaissait qu’EDF avait déjà trouvé des traces de fissures dans les « tubulures des cuves », au niveau des embouchures « chaudes ». Elles étaient dues selon lui à une malfaçon dans le « beurrage », la technique de recouvrement de l’acier inoxydable. Mais il rassurait : « Les délais de propagations sont tels qu’il n’y a pas un vrai problème. »

D'autres fissures situées dans le « nez de tubulure », où résidait la plus grande tension, l’inquiétaient d’avantage. Il estimait qu’elles pourraient poser problème à l’avenir.

« Alors là, c’est plus embêtant » : « Effectivement les calculs montrent que dans ces nez de tubulure, dans les pires conditions, 12 000 cycles etc. les dites fentes pourraient déboucher dans 6 à 40 ans. » (Marcel Boiteux, président du conseil d'administration d'EDF (1975-1987)

Une situation d’autant plus préoccupante, qu’il reconnaissait que les mesures effectuées sur des cuves avaient été réalisées en usine, et pas en fonctionnement. Aucune technique de mesure ni de réparation n’existait encore dans les centrales en activité à l'époque.

Le président d’EDF se voulait rassurant à propos des fissures : « Là où on en a trouvé, ce n’est pas grave, et là où c’est grave, on n’en a pas encore trouvé ! » Il concluait qu'EDF avait mis en place des : « systèmes de mesures automatiques » qui devaient permettre de contrôler l'évolution des fissures dans le temps.

Focus sur la centrale de Penly :

Le 13 janvier 2022, l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) avait déjà indiqué qu’un réacteur de la centrale de Penly (Seine-Maritime)  était concerné par ce problème de corrosion sur un système de sécurité. EDF avait alors annoncé la prolongation de l’arrêt de la tranche N°1 de Penly (elle se situe dans la commune de Petit-Caux sur la côte de la Manche, entre Le Tréport, et à 70 kilomètres de Rouen). Elle était en révision décennale depuis octobre 2021. Karine Herviou, la directrice générale adjointe de l’IRSN,  évoquait dans un communiqué « un défaut de l'ordre du millimètre », un problème qui « serait dû à un phénomène de corrosion sous contrainte ». EDF a précisé qu’une fissure avait été identifiée « à proximité d’une soudure sur une portion de tuyauterie de l’une des quatre lignes que compte le système d’injection de sécurité ».La construction de la centrale nucléaire de Penly a débuté en 1982 pour la tranche 1, et en 1984 pour la tranche 2. Son exploitation par EDF a débuté en 1990.

Réactions des habitants de Penly à l’annonce de la décision de construire une centrale nucléaire. (Mars 1975)

Des opposants à la construction de la centrale nucléaire de Penly ont défilé dans les rues de Dieppe. (Mai 1979)

Visite d’enfants à la centrale en construction de Penly. (Mai 1987)

Des soudures sur une pièce essentielle de la centrale (tranche 1) sont défectueuses. Dans d'autres centrales on a constaté la même anomalie. (Août 1989)

Les techniciens de Penly sont formés pour répondre à tout incident  sur le Simulateur d'incidents à la centrale nucléaire de Paluel. (Février 1991)

Pour les créateurs de contenus

Vous souhaitez créer des contenus sur le nucléaire en France ? Un dossier de clips est disponible sur mediaclip, notre offre réservée aux professionnels du numérique.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.