Aller au contenu principal
1979, la crise des otages américains en Iran

1979, la crise des otages américains en Iran

La crise des otages de l'ambassade américaine à Téhéran en 1979 est utilisée par Donald Trump comme un prétexte à l'intransigeance américaine. Le 4 novembre 1979, 400 étudiants iraniens attaquaient l'ambassade dans le contexte de la révolution islamique.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 03.11.2009 - Mis à jour le 06.01.2020

1979, la crise des otages américains en Iran

La crise des otages de l'ambassade américaine à Téhéran en 1979 est utilisée par Donald Trump comme un prétexte à l'intransigeance américaine. Le 4 novembre 1979, 400 étudiants iraniens attaquaient l'ambassade dans le contexte de la révolution islamique.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 03.11.2009 - Mis à jour le 06.01.2020
Téhéran. Otages ambassade US - 1979 - 03:05 - vidéo
 
Téhéran. Otages ambassade US - 1979 - 03:05 - vidéo
Dans la crise entre les Etats-Unis et l'Iran, la crise des otages de l'ambassade américaine à Téhéran en 1979 est utilisée par Donald Trump comme un prétexte à l'intransigeance américaine. Le 4 novembre 1979, 400 étudiants iraniens attaquaient l'ambassade dans le contexte de la révolution islamique. Retour sur cette crise iranienne des otages qui prendra fin en janvier 1981 après l'élection de Reagan à la présidence des Etats-Unis.

Ces derniers prennent 56 ressortissants américains en otage et réclament l’extradition du Shah, afin qu’il soit jugé en Iran.

La réponse des Etats-Unis se traduit par un gel des importations de pétrole iranien et par des pressions diplomatiques à l’égard du pays. 13 otages, seulement, seront libérés au cours des premières semaines de détention. Au printemps 1980, alors que Khomeiny est désormais seul au pouvoir, la crise des otages s’enlise. Jimmy Carter lance alors l’opération « Eagle Claw » qui doit permettre la libération des otages américains et qui se soldera par un fiasco total. Il faudra attendre janvier 1981 et l’élection de Ronald Reagan pour que les otages recouvrent la liberté, par voie diplomatique, après 444 jours de détention.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.