Aller au contenu principal
1976, Mohamed Ali et la revanche d'être noir

1976, Mohamed Ali et la revanche d'être noir

Mohamed Ali, plus grand boxeur de tous les temps, mourait il y a cinq ans, le 3 juin 2016, à l'âge de 74 ans. Figure de la fierté noire, Mohamed Ali évoquait en 1976, sur le plateau d'Apostrophes, les manifestations de sa revendication identitaire.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 05.06.2020 - Mis à jour le 02.06.2021

1976, Mohamed Ali et la revanche d'être noir

Mohamed Ali, plus grand boxeur de tous les temps, mourait il y a cinq ans, le 3 juin 2016, à l'âge de 74 ans. Figure de la fierté noire, Mohamed Ali évoquait en 1976, sur le plateau d'Apostrophes, les manifestations de sa revendication identitaire.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 05.06.2020 - Mis à jour le 02.06.2021
Mohammed Ali : confiance, fierté et revanche - 1976 - 01:34 - vidéo
 
Mohammed Ali : confiance, fierté et revanche - 1976 - 01:34 - vidéo
Mohamed Ali, plus grand boxeur de tous les temps, mourait il y a cinq ans, le 3 juin 2016, à l'âge de 74 ans. En 1976, sur le plateau d'Apostrophes, Mohamed Ali expliquait en quoi ses bravades et injures sur le ring devaient permettre à ses frères noirs de ressentir fierté et revanche.

Au journaliste Jean Cau qui l'interrogeait sur sa peur de monter sur le ring et ses « fanfaronnades, jactances et injures » avant un combat, Mohamed Ali répondait que ses bravades étaient une réaction à sa condition d'homme noir, une affirmation de ce qu'il s'était émancipé de l'image de soumission dans laquelle les blancs avaient enfermé depuis des siècles les noirs. Une fierté de se montrer au monde sous un angle agressif, et non plus soumis, et un cadeau à ses confrères noirs qui le regardaient à la télévision et pour qui son attitude conquérante et ses victoires sur le ring constituaient autant de revanches sur leur condition et leur histoire au sein de la société occidentale. 

« Je peux assurer que cela donne le sentiment de confiance, parce que, n'oubliez pas que nous sommes des « inférieurs » et eux sont fiers précisément de voir un de leurs frères [noirs] dire aux gens ce qu'il a à leur dire. Parce que à Paris, en Angleterre, en Amérique, partout, les noirs ont l'impression d'être traités comme des animaux. Alors c'est une revanche pour eux quand ils me voient. C'est une inspiration pour eux. Vous [les blancs], vous n'aimez pas beaucoup ce genre de fanfaronnades parce que vous vous dites : « Quel est ce noir qui ouvre sa grande gueule, non nous ne lui avons jamais appris à se comporter de la sorte, nous avons fait des esclaves de gens comme cela. Nous n'avons jamais appris à ces gens là d'être fiers ! Tous les mannequins sont des femmes blanches, on le sait bien, et Jésus Christ, tout le monde est blanc, tout était blanc, alors quel est ce noir qui subitement se permet d'ouvrir sa grande gueule pour dire qu'il est le plus grand ! » Alors ça ça, ça vous gêne ! »


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.