Aller au contenu principal
En 1972, des fesses et un scandale pour Michel Polnareff

En 1972, des fesses et un scandale pour Michel Polnareff

Depuis le 2 juin, «Polnarêves», une expérience immersive conçue par Michel Polnareff est présentée au Palace, à Paris. Le chanteur, exilé aux Etats-Unis, est connu pour avoir chanté plusieurs tubes… mais aussi pour avoir provoqué un scandale. C’était en 1972. Son tort ? Avoir montré ses fesses.

Par la rédaction de l'INA - Publié le 13.06.2022
 

Octobre 1972. Une paire de fesses enflamme Paris. Pour annoncer son prochain spectacle à l’Olympia, Michel Polnareff s’affiche et provoque. «Voyez qu’un petit cul peut amener de grandes choses» déclare t-il amusé à la télévision. Sur l’affiche, le chanteur est de dos, travesti par Paco Rabanne, avec le postérieur à l’air !

6000 affiches sont placardées un peu partout dans la capitale. Scandale ! Dans une France encore très puritaine, ce coup marketing ne passe pas. Le 7 octobre 1972, le Journal de Paris demande l'avis des passants. Pour l'un, «ça [me] semble un peu cucu… C’est le mot», tandis que pour une femme, la réaction est choquée : «Ho ! C’est une horreur ! Oh bah dites donc alors ! » La polémique enfle. Michel Polnareff tente de se défendre. Au journal télévisé du 22 octobre, il déclare : «Si les gens estiment mon affiche comme une provocation, c’est que eux sont en retard ! Je ne prends pas de plaisir à provoquer car ça amuse certaines personnes. Et de toute façon, je suis content de voir que le public à plus d’humour que les autorités.»

L’affiche est parfois censurée dans la rue, un carré blanc devant les fesses. Mais pour certains Français, au contraire, ce portrait n’a rien de provocant. Le 6 octobre, au journal de 13h, une femme donne un avis très tolérant : « Ecoutez, je pense qu’on est à une époque où on montre dans les magazines des gens nus à longueur de journée. L’affiche de Polnareff est de bon ton. Ce n’est pas du tout choquant.» Et le lendemain, au journal de Paris, un homme se range du même avis : « Tout compte fait, il a un peu raison. Et c’est un gars sympa, moi j’aime beaucoup.»

Deux mois plus tard, en décembre 1972, l’affaire des fesses de Polnareff prend encore plus d’ampleur. Le chanteur est convoqué devant la justice. Motif ? Attentat à la pudeur. Le 6 décembre, l'artiste s'exprime sur ce sujet : « Je crois que tout le monde est très embêté dans cette histoire. Disons que ces gens estiment faire leur métier et je trouve dommage que cette affaire soit allée aussi loin car c’était un canular. Et tout le monde est obligé de jouer un rôle et c’est très dommage.»

Verdict. 60 000 francs d’amende, soit un peu plus de 9000 euros pour l’artiste. Quelques mois plus tard, le chanteur jouera une nouvelle fois les provocateurs. Sur l’affiche de son nouveau spectacle, terminé les fesses pour Michel Polnareff. Il est de face, nu, avec pour seul accessoire… son célèbre chapeau couvrant son sexe.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.