Aller au contenu principal
En 1971, les avis plutôt hostiles des Parisiens devant la maquette de Beaubourg

En 1971, les avis plutôt hostiles des Parisiens devant la maquette de Beaubourg

Le Centre Pompidou, oeuvre des architectes Richard Rogers et Renzo Piano, était inauguré le 31 janvier 1977 par le président Valéry Giscard d'Estaing. Lors de la présentation du projet en 1971, les Parisiens n'étaient pas tendres. «Je crois que le centre Pompidou sera l'erreur du siècle», pouvait-on entendre.

 

Par la rédaction de l'INA - Publié le 26.01.2021 - Mis à jour le 31.01.2022
Maquette du plateau de Beaubourg - 1971 - 03:47 - vidéo
 

C'est le 31 janvier 1977 que le président de la République Valéry Giscard d'Estaing inaugurait le Centre Pompidou. Oeuvre de l'architecte britannique Richard Rogers, décédé le 18 décembre 2021, et de l'architecte italien Renzo Piano, cet édifice imposant, aux tuyauteries apparentes et aux structures transparentes d'acier et de verre, avait pris place dans le centre de Paris, sur ce plateau Beaubourg longtemps délaissé.

Si le centre Pompidou est aujourd'hui un des monuments les plus célèbres et les plus admirés de Paris, ce ne fut pas le cas à ses débuts.

Le 7 septembre 1971, les téléspectateurs du journal télévisé de 20h apprenaient que la « maquette du futur centre culturel monumental » exposée au Grand Palais intriguait le public. Et pour cause, le projet architectural qui devait rénover de fond en comble le quartier du plateau Beaubourg, alors occupé par un vaste parking à ciel ouvert, divisait profondément les Parisiens.

Il avait été décidé « parmi 681 projets venus du monde entier » de retenir l'idée de deux jeunes architectes associés, l'Italien Renzo Piano et l'Anglais Richard Rogers. L'« immense structure d'acier et de verre » du projet était cependant loin de faire l'unanimité du public.

Monument emblématique

Devant la maquette, les oppositions étaient souvent tranchées. Quand un spectateur disait « croire que c'est l'erreur monumentale du siècle », un autre s'enflammait en imaginant l'architecture du Moyen Age : « Cette construction est d'une telle échelle, comme dans l'ancien temps où ces cathédrales surgissaient entourées de petites maisons et en étaient d'autant plus saisissantes, [que] je suis persuadé que ce bâtiment sera la cathédrale de notre temps. »

Un jeune homme craignait au contraire que cet édifice ne rende tout simplement fous les futurs visiteurs  : « C'est une boîte, une prison, on fera des expériences comme sur des lapins, ou comme dans les hôpitaux psychiatriques ».

On le voit, la mesure n'était pas au rendez-vous. Finalement inauguré en 1977, le centre Pompidou est pourtant devenu la figure de proue de la rénovation de tout un quartier et l'un des monuments les plus emblématiques de Paris, célèbre dans le monde entier pour son audace architecturale et le contraste saisissant de sa modernité avec l'architecture du quartier.

Devenu l'un des architectes les plus réputés au monde, Richard Rogers, prix Pritzker en 2007, avait accumulé au long de sa longue carrière quelque 400 commandes.  En France, on lui doit également la rénovation du quartier de Montparnasse à Paris et la Cour européenne des droits de l'Homme à Strasbourg, inaugurée en 1995. 

Renzo Piano, né à Gênes en 1937, prix Pritzker en 1988, est un architecte de renommée internationale. Il est l'auteur, entre autres, de l'emblématique tour « The Shard » à Londres, de la façade du magasin Hermès de Tokyo, du centre culturel Jean-Marie Tjibaou à Nouméa, ou plus récemment du viaduc Gênes-Saint-Georges, qui a remplacé le pont Morandi.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.