Aller au contenu principal
1971 : dans le Paris un peu vide des vacances, la démolition des Halles

1971 : dans le Paris un peu vide des vacances, la démolition des Halles

Il y a 50 ans, un dernier vote du Conseil de Paris valida la poursuite des travaux de rénovation du quartier parisien et plus particulièrement le démontage des six derniers pavillons Baltard.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 25.06.2021 - Mis à jour le 25.06.2021

1971 : dans le Paris un peu vide des vacances, la démolition des Halles

Il y a 50 ans, un dernier vote du Conseil de Paris valida la poursuite des travaux de rénovation du quartier parisien et plus particulièrement le démontage des six derniers pavillons Baltard.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 25.06.2021 - Mis à jour le 25.06.2021
Démolition des Pavillons Baltard aux Halles - 1971 - 03:03 - vidéo
 
Démolition des Pavillons Baltard aux Halles - 1971 - 03:03 - vidéo

Il y a 50 ans, un dernier vote du Conseil de Paris valida la poursuite des travaux de rénovation du quartier parisien et plus particulièrement le démontage des six derniers pavillons Baltard.

Le 28 juin 1971, le Conseil de Paris a voté malgré les oppositions la poursuite des travaux de rénovation du quartier des Halles. Cette décision comprenait la démolition des derniers pavillons Baltard encore érigés.

Cependant, le début de l’opération prévue le 1er juillet sera repoussé de quelques semaines car des manifestations auront lieu. De nouvelles mobilisations de personnalités comme Andy Wharol, Niki de Saint-Phalle ou John Lennon, seront mêmes envoyées en vain aux autorités.

Alors, comme il est dit dans l'archive en tête de cet article, "c'est au mois d'août 1971 dans le Paris un peu vide des vacances que l'on commence à détruire les pavillons de Baltard". Il s'agit-là de permettre ensuite la construction de la gare RER et du Forum des Halles. Un seul pavillon - le numéro 8 celui des œufs et de la volaille - sera conservé et réinstallé à Nogent-sur-Marne dans le Val-de-Marne.

Un siècle de présence

C'est un changement historique pour "le ventre de Paris", selon l'expression d'Émile Zola. Les premiers travaux avaient toutefois commencé deux ans plus tôt avec le transfert des grossistes vers le nouveau Marché d'intérêt national situé à Rungis, sept kilomètres au sud de Paris.

Le Figaro rappelle dans son édition du 28 février 1969 que le marché "n'avait pas bougé depuis l'époque du roi Louis VI le gros jusqu'à Charles de Gaulle, soit environ huit siècles - encore faudrait-il ajouter à ce bail déjà incroyablement long une période précapétienne, voire mérovingienne ou néolithique." La décision de construire un autre marché en banlieue était liée à l'encombrement et au manque d'hygiène.

Les premiers pavillons en métal et en verre furent édifiés entre 1852 et 1870 par l'architecte Victor Baltard. A la Toussaint de 1971, un siècle plus tard, il n'en restera plus rien.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.