Aller au contenu principal
1970 : les femmes font tomber le haut sur les plages de Saint-Tropez

1970 : les femmes font tomber le haut sur les plages de Saint-Tropez

Selon une enquête de l'Ifop publiée cette semaine, la pratique du topless est en baisse. Seules 19% des femmes s'adonnent aujourd'hui au monoki, contre 34% il y a dix ans. En 1970, un reportage de "Côte d'Azur Actualités" témoignait de l'essor d'une pratique qui n'était pas sans susciter la polémique.

Selon une enquête de l'Ifop publiée cette semaine, la pratique du topless est en baisse. Seules 19% des femmes s'adonnent aujourd'hui au monoki, contre 34% il y a dix ans. En 1970, un reportage de "Côte d'Azur Actualités" témoignait de l'essor d'une pratique qui n'était pas sans susciter la polémique.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 26.08.2020 - Mis à jour le 27.08.2021

1970 : les femmes font tomber le haut sur les plages de Saint-Tropez

Selon une enquête de l'Ifop publiée cette semaine, la pratique du topless est en baisse. Seules 19% des femmes s'adonnent aujourd'hui au monoki, contre 34% il y a dix ans. En 1970, un reportage de "Côte d'Azur Actualités" témoignait de l'essor d'une pratique qui n'était pas sans susciter la polémique.

Selon une enquête de l'Ifop publiée cette semaine, la pratique du topless est en baisse. Seules 19% des femmes s'adonnent aujourd'hui au monoki, contre 34% il y a dix ans. En 1970, un reportage de "Côte d'Azur Actualités" témoignait de l'essor d'une pratique qui n'était pas sans susciter la polémique.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 26.08.2020 - Mis à jour le 27.08.2021
La mode du monokini à St Tropez - 1970 - 04:23 - vidéo
 
La mode du monokini à St Tropez - 1970 - 04:23 - vidéo
Selon une enquête de l'Ifop publiée cette semaine, la pratique du topless est en baisse. Seules 19% des femmes s'adonnent aujourd'hui au monoki, contre 34% il y a dix ans. En 1970, un reportage de "Côte d'Azur Actualités" témoignait de l'essor d'une pratique qui n'était pas sans susciter la polémique.

Selon une enquête de l'Ifop publiée le 26 août 2021, à l'occasion de la journée mondiale du Topless, seules 19% des femmes pratiquent désormais le port du monokini, contre 34% en 2009. Il n'existe aucun texte législatif pour réprimander des femmes bronzant les seins nus sur une plage. Les mairies sont certes habilitées à prendre occasionnellement des arrêtés interdisant le monokini lorsque « bronzer les seins nus est constitutif d'une quelconque atteinte à la pudeur ou aux bonnes mœurs ». C'est par exemple le cas l'été sur les quais du centre de Paris pour l'opération Paris plage, du fait de la situation très particulière de l'installation en plein cœur de la capitale, et du mélange entre estivants, touristes et citadins.

Les premières polémiques du monokini, on les retrouve logiquement dès le début des années 1970, alors que cette pratique est encore très récente (elle se développe au cours des années 1960). A Saint-Tropez, un sujet de Côte d'Azur Actualités confronte les avis de celles, en général plus jeunes, adeptes du monokini, et celles, mères de famille, qui le trouvent exagéré. 

Libéralisme corporel

Une jeune femme exprime ainsi sa satisfaction à bronzer les seins nus, sans que cela ne pose aucun problème : « Je suis venue en vacances pour bronzer et j'ai trouvé ça tellement agréable de pouvoir se mettre à l'aise, torse nu, je l'ai fait dès le premier jour et je ne pense pas avoir eu de remarque [de la part des autres vacanciers]. Je trouve cela très agréable. » Mais la plage étant sous le coup d'un arrêté municipal proscrivant l'usage du monokini, la jeune femme convient avoir déjà eu des remarques de la part des gendarmes : « A la vue des képis, nous nous retournons sur le ventre. Ils sont venus nous voir, et nous on demandé très gentiment de bien vouloir remettre nos soutiens gorge ».

Une autre jeune femme « ne voit pas où est le problème », et trouve que « ce qui est indécent, c'est plutôt de se promener en ville en maillot de bain » : « Mais sur les plages, on peut même être toute nue, ce n'est pas gênant du tout. »

Un libéralisme corporel que ne partagent pas toutes les femmes présentes sur la plage. Deux mères de famille trouvent en effet l'usage du monokini déplacé en présence d'enfants : « Chacun son opinion, mais moi je trouve cela pas très bien. Moi je ne le ferais pas, surtout pas devant les enfants. Ce matin en arrivant à la plage, on a vu une personne toute nue faisant sa gymnastique. Devant les enfants, ça nous dépasse. »

Effet générationnel

Alors que l'expression d'une liberté corporelle est la seule justification depuis les années 60 pour les femmes adeptes du monokini, désireuses de pouvoir jouir de leur torse au même titre que les hommes, permettant ainsi à leur poitrine le bronzage, certains, et notamment de nombreux hommes, ramènent souvent cette pratique à une question esthétique. Serait acceptable le monokini d'une jeune (et belle) femme, tandis que les seins nus d'une femme plus âgée seraient indécents. C'est en tout l'avis de ce retraité qui conclut le reportage de Côte d'Azur Actualités en ces termes  : « Le monokini, quand les femmes ont une belle poitrine et qu'elles sont belles, ça me déplaît pas, mais autrement, elles peuvent les laisser de côté ! »

Selon les chiffres de l'Ifop, les 18-49 ans ne sont désormais que 16 % à pratiquer le topless, contre 43 % en 1984. Un effet générationnel sans doute puisque les moins de 25 ans ne sont que 15 % à le pratiquer aujourd'hui, alors que les 50-64 ans sont les plus nombreuses dans leur classe d’âge (23 %). Il s’agit donc de ces femmes qui ont tombé le haut dans les années 70-80.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.