Aller au contenu principal
1967 : "Parisiens névrosés contre provinciaux sportifs"

1967 : "Parisiens névrosés contre provinciaux sportifs"

L’actuelle polémique à Bordeaux sur les tracts et les messages anti-parisiens liés à l’arrivée du TGV a fait resurgir une nouvelle fois ce vieil antagonisme entre Paris et la province, nourri de réalités comme de clichés, aussi vieux que l’histoire de France. Des clichés cristallisés dans une fameuse émission de la télévision, en 1967, qui révélait la fracture encore béante entre Paris et la province…


Par la rédaction de l'INA - Publié le 27.10.2017 - Mis à jour le 05.08.2019

1967 : "Parisiens névrosés contre provinciaux sportifs"

L’actuelle polémique à Bordeaux sur les tracts et les messages anti-parisiens liés à l’arrivée du TGV a fait resurgir une nouvelle fois ce vieil antagonisme entre Paris et la province, nourri de réalités comme de clichés, aussi vieux que l’histoire de France. Des clichés cristallisés dans une fameuse émission de la télévision, en 1967, qui révélait la fracture encore béante entre Paris et la province…


Par la rédaction de l'INA - Publié le 27.10.2017 - Mis à jour le 05.08.2019
 

A Bordeaux, la polémique enfle depuis les premiers autocollants anti-parisiens apposés en début de semaine par le « Front bordeluche face au parisianisme », qui soulignaient sur le ton de l’humour l’arrivée du TGV à Bordeaux. Depuis, les réactions se sont multipliées sur les réseaux et des tags ont fleuri sur les murs du quartier populaire de Saint-Michel, demandant aux Parisiens de « rentrer chez eux ». La crainte de certains habitants de la métropole aquitaine est de voir la gentrification du centre-ville et le départ des classes populaires face à l’arrivée de Parisiens plus aisés. Ces réactions anti-parisiennes ont suscité la colère d’Alain Juppé, le maire de la ville.

L’antagonisme Paris-province, aussi vieux que l’histoire de France…

De façon moins immédiate, elles s’inscrivent aussi, à leur manière, dans la continuelle rivalité et incompréhension entre la capitale et ce qu’on a longtemps appelé, d’un ton parfois condescendant, « la province ». Un antagonisme profond qui ne date pas d’hier… Notre pays s’étant construit depuis le Moyen-âge sous l’impulsion d’un hyper centre parisien – et versaillais – les régions progressivement intégrées au Royaume voyaient d’un œil particulier cette capitale où se concentrait richesse, créativité, et pouvoir. A la chute de la monarchie, la République puis l’Empire ont continué à privilégier une administration très centralisatrice. Se développe alors ce sentiment que l’ennui est propre à la province, et que pour réussir sa vie, Paris est la ville à conquérir. Un sentiment nourri par la littérature, au 19e siècle, et plus tard par le cinéma, au 20e siècle.

En 1947, un ouvrage scientifique resté célèbre amplifie un peu plus ce fossé imaginaire entre Paris et sa province : Paris et le désert français, publié par le géographe Jean-François Gravier. Il constate la macrocéphalie culturelle, économique, démographique et politique de la capitale vis-à-vis du reste du pays.

Les années 1960 voient le début d’un vaste processus d’aménagement du territoire qui tente de rééquilibrer l’hexagone au profit des régions.

L’émission Rencontre du 8 février 1967 : « En province, on fait du sport. A Paris, on s’amuse et on va au théâtre… »

C’est dans ce contexte des années 1960 où la télévision pénètre massivement dans les foyers français et où les journalistes – parisiens – s’intéressent aux réalités contemporaines du pays, qu’une émission va faire parler d’elle en cristallisant la vision condescendante et réductrice des Parisiens sur la province.

Le 8 février 1967, l’émission Rencontre a pour thème « Paris et la province ». En dernière partie, des jeunes provinciaux et parisiens échangent en plateau sur la vision qu’ils ont les uns des autres. Une jeune femme de la capitale estime que les reportages de l’émission reflètent « l’ennui et la monotonie de la vie provinciale. Tous ces jeunes ont l’air de s’ennuyer, ont vraiment pas grand-chose à leur disposition, et c’est pas drôle… ».  Pour un jeune provincial, au contraire, « c’est pour pallier à sa névrose que le Parisien va au cinéma ou au théâtre ».

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.