Aller au contenu principal
1967, naissance d'une locomotive Alsthom à Belfort

1967, naissance d'une locomotive Alsthom à Belfort

Alstom a annoncé ce lundi le rachat de son concurrent canadien Bombardier Transport pour près de 6 milliards d'euros, devenant ainsi le numéro deux mondial du train. Retour en 1967, lorsque l’usine historique de Belfort construisait les locomotives les plus rapides du monde.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 19.02.2020 - Mis à jour le 19.02.2020

1967, naissance d'une locomotive Alsthom à Belfort

Alstom a annoncé ce lundi le rachat de son concurrent canadien Bombardier Transport pour près de 6 milliards d'euros, devenant ainsi le numéro deux mondial du train. Retour en 1967, lorsque l’usine historique de Belfort construisait les locomotives les plus rapides du monde.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 19.02.2020 - Mis à jour le 19.02.2020
Naissance d'une locomotive à Belfort - 1967 - 06:42 - vidéo
 
Naissance d'une locomotive à Belfort - 1967 - 06:42 - vidéo

En 1967, Alstom s'écrivait encore Alsthom, un sigle résultant de la fusion en 1928 de la Société alsacienne de constructions mécaniques (SACM) basée à Mulhouse puis à Belfort, spécialiste dans la construction de locomotives, et de la Compagnie française pour l'exploitation des procédés Thomson Houston (CFTH), une société franco-américaine spécialiste des équipements de traction électrique ferroviaire et de construction électro-mécanique. 

L'entreprise va vivre au fil des décennies une histoire industrielle mouvementée, intervenant au fil des rapprochements et des fusions dans plusieurs métiers, comme l'électronique de défense, les télécommunications et l'énergie. En 1998, Alsthom devient Alstom. Quelques années plus tard, en 2003, l'entreprise frôle la faillite, et son rétablissement, fortement aidé par l'Etat français, n'est possible qu'au prix de cessions d'activités à d'autres entreprises. 

2014 est une date charnière dans l'histoire du groupe. Fortement endetté, et pour faire face à la menace de la justice américaine, Alstom décide de vendre à l'américain General Electric les activités énergie du groupe, perdant ainsi 70% de son chiffre d'affaire, et se recentrant sur les activités du rail. 

En 2017, Alstom et Siemens tentent une fusion. Un rapprochement présenté par les dirigeants des deux entreprises, aussi bien que par les politiques français et allemand, comme devant donner naissance à un « Airbus du rail ». Mais pour les syndicats, notamment ceux d'Alstom, ce rapprochement est perçu en réalité comme une absorption faite par l'Allemand Siemens.

Finalement, la commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager interdit en février 2019 l'opération au nom du droit à la concurrence communautaire.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.