Aller au contenu principal
1967 : l'enseignement du français à l'étranger se porte bien

1967 : l'enseignement du français à l'étranger se porte bien

L'Institut français de Valence va fermer ses portes au public le 30 juin. L'annonce traduit les difficultés de l'enseignement français à l'étranger, soumis à de fortes pressions budgétaires. Retour en 1967, une époque d'expansion pour les institutions éducatives françaises à l'étranger. 


Par la rédaction de l'INA - Publié le 29.06.2021 - Mis à jour le 29.06.2021

1967 : l'enseignement du français à l'étranger se porte bien

L'Institut français de Valence va fermer ses portes au public le 30 juin. L'annonce traduit les difficultés de l'enseignement français à l'étranger, soumis à de fortes pressions budgétaires. Retour en 1967, une époque d'expansion pour les institutions éducatives françaises à l'étranger. 


Par la rédaction de l'INA - Publié le 29.06.2021 - Mis à jour le 29.06.2021
Enseignement du français à l'étranger - 1967 - 04:37 - vidéo
 
Enseignement du français à l'étranger - 1967 - 04:37 - vidéo
L'Institut français de Valence va fermer ses portes au public le 30 juin. L'annonce, qui a créé du remous jusqu'au parlement espagnol, traduit les difficultés de l'enseignement français à l'étranger, soumis à de fortes pressions budgétaires. Retour en 1967, une époque d'expansion pour les institutions éducatives françaises à l'étranger. 

L'annonce de la fermeture de l'Institut français de Valence, le 30 juin, a provoqué une vague de protestations dans le milieu intellectuel de la troisième ville espagnole, profondément francophone et attaché au rôle d'ouverture et d'animation culturelle d'une institution présente à Valence depuis 1888. 

Pour des raisons budgétaires, l'Institut français, l'organisme créé en 2011 pour fédérer l'action culturelle extérieure de la France au nom du ministère des affaires étrangères et du ministère de la culture, décide de mettre fin à la plupart des activités de l'antenne valencienne.

Sur les vingt-six employés, vingt-trois vont être licenciés, dont dix-sept professeurs. Seuls 3 personnes maintiendront « [les] missions prioritaires [que sont la] coopération éducative, culturelle et universitaire, et [l]’organisation des certifications de français (DELF, DALF, etc.) », a souligné l’Institut français dans un communiqué. 

Autre époque, en 1967, le diplomate Jean Basdevant rendait compte pour les caméras de l'ORTF des progrès de l'action culturelle française à l'étranger, avec notamment une progression du nombre des enseignants français. Cette action extérieure, qui dépendait alors de l'Association française d'action artistique et de l'Association pour la diffusion de la pensée française, était vue comme un moyen de rayonnement de la France à l'étranger, y compris sur les plans industriels et commerciaux : « Les étrangers qui ont étudié le français sont amenés à acheter des produits français, il y a également l'investissement moral, le capital immense d'amitié que nous arrivons à nous constituer auprés de tous ces jeunes gens qui ont reçu une formation française et qui aiment la France à travers sa langue et sa culture ». 


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.