Aller au contenu principal
1966 : Jean Poiret chante "La vache à mille francs" pour dénoncer la vie chère

1966 : Jean Poiret chante "La vache à mille francs" pour dénoncer la vie chère

Jean Poiret est né le 17 août 1926. Acteur, réalisateur, auteur, metteur en scène et scénariste, il fit les belles heures des cabarets dans le duo comique qui le rendit célèbre aux côtés de Michel Serrault. Mais ici, l'humoriste endosse son costume de chanteur pour nous fredonner, mine de rien, cette savoureuse chansonnette dénonçant l'inflation des prix.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 13.08.2021 - Mis à jour le 13.08.2021

1966 : Jean Poiret chante "La vache à mille francs" pour dénoncer la vie chère

Jean Poiret est né le 17 août 1926. Acteur, réalisateur, auteur, metteur en scène et scénariste, il fit les belles heures des cabarets dans le duo comique qui le rendit célèbre aux côtés de Michel Serrault. Mais ici, l'humoriste endosse son costume de chanteur pour nous fredonner, mine de rien, cette savoureuse chansonnette dénonçant l'inflation des prix.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 13.08.2021 - Mis à jour le 13.08.2021
Jean Poiret "Une vache à mille francs" - 1966 - 03:47 - vidéo
 
Jean Poiret "Une vache à mille francs" - 1966 - 03:47 - vidéo

Qu'on ne s'y trompe pas, "La vache à mille francs", magnifiquement interprétée par Jean Poiret dans l'émission "Le palmarès des chansons", ce 10 novembre 1966, est plus qu'une bluette inspirée de la célèbre "Valse à mille temps" de Jacques Brel. Grâce au rythme entêtant d'une valse, l'artiste décrit avec son humour décalé habituel la valse des étiquettes dont étaient victimes des Français à la fin des années 1960. En un mot : l'inflation galopante. Un véritable fléau pour le pouvoir d'achat d'une partie de la population. Dans cette parodie, Jean Poiret dénonce très habilement, sans en avoir l'air, quoique... les abus criants des différents protagonistes de la chaîne de distribution, en l’occurrence ici, la filière bovine. De l'abattoir au transporteur, en passant par les ministres... Personne n'échappera à la critique vacharde de l'artiste.

Notre pauvre vache, elle, malheureuse héroïne sacrifiée de cette comptine, va en voir de toutes les "étiquettes" avant de se retrouver dans l'assiette du consommateur. Ecoutez bien les paroles de cette succulente dénonciation, elles raisonneront fortement avec l'actualité et les plaintes permanentes des producteurs spoliés par l'avidité des distributeurs. 

"De la vache à 5 000 francs, ça deviendra un placement, avec mes lingots d'or dans mon grand coffre fort j’entasserai des rumstecks...". C'est dans une logorrhée endiablée que Jean Poiret achèvera sa brillante diatribe musicale et sa dénonciation des abus de la société de consommation.


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.