Aller au contenu principal
1965, Léon Foch donne un cours de pêche à la truite

1965, Léon Foch donne un cours de pêche à la truite

Ce 18 mars marque l'ouverture officielle de la pêche à la truite partout en France. Chaque année, des milliers de pêcheurs attendent ce moment avec impatience, à l'image de cet expert des années 60.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 17.03.2021 - Mis à jour le 17.03.2021

1965, Léon Foch donne un cours de pêche à la truite

Ce 18 mars marque l'ouverture officielle de la pêche à la truite partout en France. Chaque année, des milliers de pêcheurs attendent ce moment avec impatience, à l'image de cet expert des années 60.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 17.03.2021 - Mis à jour le 17.03.2021
Gardez la ligne + pêche à la truite - 1965 - 12:05 - vidéo
 
Gardez la ligne + pêche à la truite - 1965 - 12:05 - vidéo

Dans ce sujet du JT de TF1 du 8 mai 1965, le journaliste Jean-Jacques Duchamp se rend chez un passionné de pêche. Léon Foch est pêcheur aguerri, c'est avec joie qu'il lui explique de manière théorique comment bien taquiner la truite : "pour pêcher la truite, il vous faut trois acquisitions : la connaissance des postes de chasse, la façon d'aborder la rivière avec autant de discrétion que possible et aussi la présentation aussi naturelle que possible de l'appât."

"On s'abaisse un peu, on devient humble"

Dans son salon, Léon Foch explique au reporter que la truite passe par des points précis de la rivière que l'on appelle le "poste de chasse", "il est très facile de les repérer dans une rivière… aller pêcher sans connaître les postes de chasse, c'est vouloir résoudre un problème de géométrie en ignorant les théorèmes". Le pêcheur à l'accent chevrotant conseille ensuite de "s'insérer dans ce sanctuaire sans le profaner". Il poursuit "on s'abaisse un peu, on devient humble, pour être moins apparent et surtout on s'évertue à ne pas toucher une branche qui s'agiterait dans le calme alentour".

"Il faut avoir des mains douces "

Le passionné évoque à présent "la présentation de l'appât" dans laquelle il conçoit deux phases : sa mise en place qu'il appelle "la présentation aérienne" pour "mettre l'appât choisi de façon à ce qu'il ne soit pas mutilé ou abîmé par la mise en place sur l'hameçon… il faut avoir des mains douces qui ne soient pas des pinces brutales". Il insiste sur la vitalité du ver qui doit remuer pour attirer le poisson : "la truite n'aime pas les cadavres, elle se méfie". L'appât doit se comporter comme si "il n'était pas lié à un hameçon". L'important est donc d'observer.

Dans sa cuisine, Léon passe à la démonstration du maniement de la canne à pêche. Léon décrit son maniement. Il évoque aussi l'importance du leste, "la plombée", puis montre une astuce, un morceau de laine qui lui indique la position du fil de nylon pas toujours visible à l’œil nu. Le vieil homme s'empare de sa canne et imagine que le poste de chasse se situe entre son frigo et son placard pour prodiguer un dernier conseil : "Il ne faut pas envoyer en l'air, ça ne marche pas. Petit coup de poignet et hop".

 "Trois lancers suffisent..."

La suite du reportage se passe au bord de l'eau quelques jours plus  tard. Léon et son petit-fils Jean-François repèrent les truites dans la rivière. C'est l'occasion de montrer où se trouvent les fameux postes de chasse, là où se dissimilent les poissons (dans des branches, des roches…) "Il faut s'attaquer aux postes". A peine, lancée, l'hameçon frétille déjà :  je crois que j'ai une touche. Trois lancers suffisent…" concluent-il fièrement. Le grand-père ramène rapidement une première truite : "elle n'est pas bien vigoureuse. On sent que c'est l'ouverture". Il tente un autre poste et une fois de plus, c'est un succès : "je ne m'avance pas trop. Il ne faut pas faire clapoter l'eau et ne pas faire rouler les galets." Léon ferre tout de suite une nouvelle truite très vigoureuse qu'il ramène avec précaution sur la berge. "Et la voilà, elle est un peu plus belle que l'autre". La truite est bien accrochée à l'hameçon ce qui désole le pêcheur : "j'ai l'habitude de bien les décrocher car quand elles n'ont pas la taille, je les relâche" et de confier : "Ma plus belle prise c'est certainement celle que Jean-François a pris un jour, il avait quatre ans. Déjà six ans, c'est ma plus belle prise celle-là". Il termine en posant tendrement un gros bisou sur la joue de son petit-fils. La relève est assurée.

Pour aller plus loin :

Le Magazine du mineur : ouverture de la pêche à la truite. Détail du matériel nécessaire. (1960)  

Rhône Alpes Actualités : pêche à la truite dans le Beaujolais. Elevage de truites. Un pêche. Il attrape une truite et enlève les hameçons plusieurs fois. Les pêcheurs rangent une à une les truites pêchées. (10 mars 1961) 

Pêche à la truite à Trans en 1963 et 1964 où les pêcheurs viennent camper la nuit pour trouver le meilleur emplacement possible. 

Auvergne actualités : la pêche à la truite. Jour de l'ouverture de la pêche dans le Puy de Dôme. Entretien avec un pêcheur sur les conditions météorologiques peu propices à la pêche, les façons de faire, les usages. D'autres pêcheurs témoignent de leur pratique. (18 février 1967) 

Limousin actualités : comment fabriquer les mouches pour la pêche à la truite ? A Coussac-Bonneval, la pêche à la truite fait partie de la tradition. Afin d'appâter le poisson, il n'est pas rare qu'un pêcheur passionné fabrique lui-même ses mouches artificielles pour la pêche avec des plumes de poules : démonstration de la récupération et de la préparation de l'appât. (19 mars 1968)


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.