Aller au contenu principal
Georges Simenon : «Maigret n'est pas intelligent, mais intuitif»

Georges Simenon : «Maigret n'est pas intelligent, mais intuitif»

Ce mercredi 23 février, Gérard Depardieu est à l'affiche du nouveau film de Patrice Leconte « Maigret et la Jeune Morte », adapté d'un roman de Georges Simenon paru en 1954. Après Jean Gabin, Jean Richard ou Bruno Kremer, l'acteur reprend le rôle du commissaire Maigret. En 1963, voilà comment Georges Simenon, son créateur, en dressait le portrait.

 

Par Florence Dartois - Publié le 15.05.2020 - Mis à jour le 23.02.2022
Georges Simenon imite le commissaire Maigret - 1963 - 07:34 - vidéo
 

Après Jean Gabin, Jean Richard ou Bruno Kremer, Gérard Depardieu endosse le costume du commissaire le plus célèbre de la littérature policière, celui de Maigret. L'oeuvre adaptée par Patrice Leconte s'intitule Maigret et la Jeune Morte, elle est parue en 1954 et n'avait jamais été adaptée au cinéma. Quelle relation entretenait Georges Simenon, le prolifique écrivain avec son personnage le plus célèbre ? C'est ce que dévoile l'archive présentée en tête d'article.

Le 21 décembre 1963, dans l'émission « Portrait souvenir » de Roger Stéphane, l'écrivain Georges Simenon, l'auteur des Maigret évoquait la personnalité complexe de son commissaire, telle qu'il l'avait imaginée.

Debout et la pipe à la main, comme son personnage, il imitait et mimait certains comportements de l’enquêteur. D'emblée, il le décrivait comme quelqu'un « qui extérieurement n'impressionne pas du tout ». Il poursuivait, « c'est un homme très ordinaire, d'une culture moyenne, même en dessous de la moyenne, mais qui a le sens de renifler l'intérieur des gens».

Une minutie ordinaire

Simenon décrivait ensuite la manière de se mouvoir de Maigret . Il évoquait ensuite son absence de sentimentalité. Le romancier dépeignait aussi son comportement sur le lieu d'un crime, lors d'un interrogatoire, dans ses rapports avec les inspecteurs, notamment son adjoint Janvier, et bien-sûr avec Madame Maigret : « Ils s'aiment assez pour supporter le silence. »

L'écrivain raconte notamment comment il conseilla l'acteur anglais Ruppert Davis, l'un des acteurs qui incarna le commissaire, et qui ne comprenait pas la distance du commissaire envers son épouse.

Enfin, Simenon évoquait la relation du commissaire vis-à-vis de l'alcool, assez similaire à la sienne à une époque où lui aussi buvait beaucoup : « J'ai pu changer mon comportement mais pas le sien », plaisantait-il. Quant à la nourriture, une grande passion de Maigret, il affirmait que c'était peut-être dans ce détail que se nichait « sa part de sensualité à lui ».

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.