Aller au contenu principal
1958 : Bernard Blier "marre d'être le plus grand cocu du cinéma"

1958 : Bernard Blier "marre d'être le plus grand cocu du cinéma"

L'acteur Bernard Blier nous quittait le 29 mars 1989, à l'âge de 73 ans. Figure incontournable du cinéma français, et notamment de la comédie, il racontait avec son humour et sa verve habituelle son métier, évoquait ses rôles et les réalisateurs qu'il appréciait.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 19.03.2019 - Mis à jour le 19.03.2019

1958 : Bernard Blier "marre d'être le plus grand cocu du cinéma"

L'acteur Bernard Blier nous quittait le 29 mars 1989, à l'âge de 73 ans. Figure incontournable du cinéma français, et notamment de la comédie, il racontait avec son humour et sa verve habituelle son métier, évoquait ses rôles et les réalisateurs qu'il appréciait.


Par la rédaction de l'INA - Publié le 19.03.2019 - Mis à jour le 19.03.2019
 
L'acteur Bernard Blier nous quittait le 29 mars 1989, à l'âge de 73 ans. Figure incontournable du cinéma français, et notamment de la comédie, en 1958, il racontait avec son humour et sa verve habituelle, son métier et évoquait ses rôles et les réalisateurs qu'il appréciait.

En 1958, dans l'émission Gros plan, l'acteur, un rien taquin, évoquait ses rôles avec dérision. Au départ, les producteurs le voulaient dans des rôles humains, ils disaient "Blier paye dans l'humain...", puis sont venus les rôles de cocus : "J'ai été le plus grand cocu de l'histoire du cinéma français. C'est à tel point que j'en ai la nausée. C'est à tel point que si on me proposait le Misanthrope ou l'Ecole des femmes, je dirais, non non, c'est un cocu, j'en veux plus".

Il évoquait ensuite "ses mariages" avec les auteurs comme Henri-Georges Clouzot, Yves Allegret ou Jacques Sigurd.

"Et puis j'ai rencontré quelqu'un que j'aime bien pour plusieurs raisons, d'abord parce qu'il a beaucoup de talent et puis parce que c'est un auteur, enfin parce que c'est un homme tendre. Finalement, parce qu'il se coiffe comme moi. Enfin, vous savez on a des tas de points communs. C'est Jean-Paul Le Chanois. Je me suis beaucoup marié avec lui et on se marie régulièrement. On a fait six ou sept films ensemble."

Pour terminer, il évoquait le tournage de L'école buissonnière qui retraçait l'histoire vraie de l'instituteur et pédagogue Célestin Freinetqui a inventé des méthodes nouvelles d'éducation.

Florence Dartois


S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.