Aller au contenu principal
1957 : Miles Davis improvise la musique de "Ascenseur pour l'échafaud"

1957 : Miles Davis improvise la musique de "Ascenseur pour l'échafaud"

Il y a 30 ans, le 27 septembre 1991, disparaissait l'un des plus grands trompettistes de jazz du XXe siècle, Miles Davis. En 1957, le cinéaste Louis Malle lui confiait la bande sonore de son film "Ascenseur pour l’échafaud". Des caméras étaient sur place pendant l’enregistrement.

 

Par Florence Dartois - Publié le 19.06.2020 - Mis à jour le 23.09.2021

1957 : Miles Davis improvise la musique de "Ascenseur pour l'échafaud"

Il y a 30 ans, le 27 septembre 1991, disparaissait l'un des plus grands trompettistes de jazz du XXe siècle, Miles Davis. En 1957, le cinéaste Louis Malle lui confiait la bande sonore de son film "Ascenseur pour l’échafaud". Des caméras étaient sur place pendant l’enregistrement.

 

Par Florence Dartois - Publié le 19.06.2020 - Mis à jour le 23.09.2021
Miles DAVIS - 1957 - 05:08 - vidéo
 
Miles DAVIS - 1957 - 05:08 - vidéo

Miles Davis nous a quittés le 27 septembre 1991. Né en 1926, le musicien américain avait marqué l'histoire du jazz et de la musique du XXe siècle. Virtuose révolutionnaire du jazz, il a toujours su associer intensité et sensibilité. En 1957,  en tournée en France, il allait être contacté par un jeune réalisateur tout aussi avant-gardiste et audacieux que lui, un certain Louis Malle. En plein montage de son dernier film ," Ascenseur pour l’échafaud", le cinéaste cherchait quelle musique il pourrait poser sur son intrigue fortement inspirée des sonorités du jazz. Il décide alors de contacter Miles Davis.

Séjournant à Paris pour quelques semaines, le jazzman américain accepte et réunit autour de lui une formation française de haut vol composée de Barney Wilen au saxophone ténor, René Urtreger au piano, Pierre Michelot à la contrebasse et Kenny Clarke à la batterie. Dans la nuit du 4 au 5 décembre 1957, ce quintette entre dans la légende en enregistrant une bande originale révolutionnaire. 

Un instant magique

Dans ce document filmé pour l'émission "Cinépanorama", nous assistons à la création du thème principal, alors que le musicien visionne les rushs et improvise au fil des images qui défilent sur l’écran. Un instant saisi sur le vif.

Le choix du jeune réalisateur laisse la part belle au jeu de l’interprète et à l’ambiance. Il se distingue des autres productions de l’époque qui préfèrent un jazz plus classique et moins sombre. L’utilisation du jazz dans le récit permet d’intensifier le parcours psychologique des personnages, joués par Jeanne Moreau et Maurice Ronet, pris au piège de mauvais choix qui les conduiront à leur perte. "Ascenseur pour l’échafaud" de Louis Malle, est devenu l'une des références incontournables tant dans les domaines du jazz que de la musique de film...

Pour aller plus loin : 

Interview de Louis Malle en cabine de post-synchronisation. Louis Malle (25 ans) évoque de la prestation "live" improvisée de Miles Davis sur les scènes du film puis raconte sa première expérience en tant que "plongeur et cinéaste" auprès du Commandant Cousteau pour le film "Le monde du silence". Il évoque enfin la liberté des jeunes cinéastes qui s'acquiert par la technique. Il estime que les faibles budgets permettent la prise de risque. (Cinépanorama, 19 décembre 1957)

Le jazz au cinéma.

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.