Aller au contenu principal
1943 : «L’œuf électrique», une révolution automobile

1943 : «L’œuf électrique», une révolution automobile

À l'occasion du Mondial de l'Auto, découvrez l'ancêtre de la voiture électrique, plébiscitée comme solution au réchauffement climatique : une incroyable archive de la première voiture électrique française imaginée par le designer Paul Arzens.

 

Par la rédaction de l'INA - Publié le 02.12.2019 - Mis à jour le 17.10.2022
 

L'ACTU.

Le Mondial de l’Automobile qui se déroule du 17 au 23 octobre 2022 à Paris va faire la part belle à la voiture électrique. Dans son discours inaugural le président Macron a réaffirmé sa volonté de restaurer progressivement la compétitive industrielle : « Il faut agir sur le front de l’offre comme de la demande pour soutenir la production de voitures électriques en France », A-t-il affirmé. « On a investi dans des giga-factories de batteries, l’objectif est maintenant de produire un million de voitures électriques en 2027, deux millions en 2030 » A-t-il ajouté. Le chef de l’État a également annoncé sa volonté de démocratiser l'accès à la voiture électrique en élevant la prime à l’achat de 1000 euros (elle passe de 6 000 à 7 000 euros) ou en développant le leasing (crédit-bail) pour les classes populaires (une voiture électrique à 100 euros par mois). La voiture électrique sera semble-t-il l'avenir de l'automobile, cet adage, certains inventeurs le mettaient déjà en pratique il y a 80 ans.

L'ARCHIVE.

C'est ce que montre l'archive en tête d'article. Elle date de juin 1943. En pleine guerre mondiale et en pleine pénurie de carburant, le peintre et sculpteur Paul Arzens s'était inspiré de la résistance et de la forme aérodynamique de l’œuf pour concevoir une voiture électrique. Ce véhicule qu'il avait mis au point dans son atelier de Montparnasse, avait « un rayon de 150 km » et pouvait rouler à 75 km/h. Et visiblement, il fonctionnait à la perfection !

Toujours là en 1968 !

Cette invention l'artiste allait encore la perfectionner et c'est au volant de son prototype que l'ORTF le filmait en 1968 circulant dans les rues de la capitale. Paul Arzens avait depuis conçu les locomotives « BB » et « CC » de la SNCF, mais il n'avait pas abandonné son rêve de voiture électrique. Interrogé, le concepteur énumérait les côtés pratiques et écologiques de sa voiture, surtout pour les villes, parlant déjà de « propreté ». Maurice Grimaud, qui était alors le préfet de police de Paris décrivait lui-aussi ses avantages, notamment son « petit gabarit » très pratique pour se garer. Quant aux badauds, la voiture électriques, ils semblaient pour.

 

L'oeuf électrique de Paul Arzens
1968 - 01:42 - vidéo

S'orienter dans la galaxie INA

Vous êtes particulier, professionnel des médias, enseignant, journaliste... ? Découvrez les sites de l'INA conçus pour vous, suivez-nous sur les réseaux sociaux, inscrivez-vous à nos newsletters.

Suivre l'INA éclaire actu

Chaque jour, la rédaction vous propose une sélection de vidéos et des articles éditorialisés en résonance avec l'actualité sous toutes ses formes.