Présence française en Extrême Orient

Dès le XVIIème siècle, des missionnaires français gagnent la péninsule indochinoise pour évangéliser la région. A cette époque, l’ensemble des pays européens ont les yeux tournés vers l’Est. Textiles, métaux, épices, l’Extrême Orient propose de nombreuses richesses et opportunités de commerce. La France cherche alors des points d’encrages pour asseoir son influence et accueillir les navires de la Compagnie des Indes Orientales.

L’Indochine française voit le jour sous le Second Empire lorsque des troupes françaises débarquent pour protéger les chrétiens persécutés. L’intérêt économique, la présence des Anglais dans la région et la fragilité interne du pouvoir, décident la France à coloniser l’Indochine.

La IIIème République poursuit l’œuvre initiée par Napoléon III. Après la Cochinchine et le Cambodge, le Tonkin, l’Annam et le Laos sont placés sous protectorat français. L’Union indochinoise est officialisée en 1887 et atteint ses frontières définitives en 1907.

Des hommes et des cultures. Histoire des peuples indochinois.

Histoire de la pénétration française en Indochine.

L’empire colonial français après 1870. L’Indochine est présentée comme le « carrefour des peuple jaunes … imprégnés de civilisation française. »

L’âge d’or de l’Empire colonial français

Si l’exotisme colonial fascine la métropole ; sur place, l’administration française développe les infrastructures et l’industrie. Routes, ponts, et réseau ferroviaire permettent la circulation des hommes et favorisent le commerce. Tout comme les missionnaires du XVIIème siècle, les colons cherchent à « civiliser les indigènes ». Cela passe par l’éducation et la transmission des savoirs. De son côté, l’’armée française remplis ses rangs de bataillons indochinois.

Chasse au buffle au Cambodge en 1929. Entre tradition, choc des cultures, et exotisme colonial.

La propagande met un point d’honneur à montrer les bienfaits de la présence française. Ici, un exemple de vaccination dans les campagnes.

L’armée française forme des bataillons vietnamiens.

Arrivée à Saïgon de Georges Thierry d’Argnenlieu, nommé en août 1945 haut commissaire en Indochine. Scènes de rues : les pouss-pouss côtoient les jeeps, on fait la queue à la boulangerie…

Le Viêtnam à la foire de Paris.

Peu à peu, les tensions montent. La crise économique des années 30 va accentuer ces crispations. Eduquées, les nouvelles élites locales se radicalisent et cherchent à s’émanciper de la présence française. 

La chute d’un empire

Alors que la France tombe sous le joug nazi et le régime de Vichy, l’Indochine collabore avec le Japon. Après la capitulation de l’empereur japonais, Viet Minh, le front indépendant armé mené par Ho chi Minh déclare l’indépendance de la République Démocratique du Vietnam.

1942. La bataille des ondes : Propagande radiophonique de la France occupée en Indochine.

"Abandonnée par Vichy aux Japonais", le général Leclerc "reconquiert la souveraineté de la France" en Indochine.

La France qui souhaite restaurer sa souveraineté dans la région, prépare un corps expéditionnaire pour intervenir en Indochine. Mais, soucieuses d’éviter le conflit, les deux parties négocient un compromis. C’est la naissance de l’Union française.

Entrainement d’un corps expéditionnaire. Objectif : « châtier »  les « voleurs de territoires ».

Vœux de Noël 1945 aux soldats d’Indochine.

Ho Chi Minh, chef du gouvernement de la République démocratique du Vietnam, se rend sur le croiseur Emile Bertin pour signer avec Thierry d'Argenlieu, Haut commissaire en Indochine, la convention de l'indépendance indochinoise. Acte de naissance de l’Union française.

La France du gouvernement provisoire et de la IVème République (17 gouvernement au total pendant la guerre d’Indochine) refuse d’admettre que le monde est train de changer et que l’ère coloniale touche à sa fin. La guerre d’Indochine éclate en décembre 1946.

Septembre 1946. Ho chi Minh en visite à Paris pour négocier l’Indépendance.

Hanoï décembre 1946. Début de la Guerre d’Indochine.

En pleine Guerre Froide, les indépendantistes reçoivent une aide matérielle de la Chine communiste. De son côté, la France obtient le soutien des Etats-Unis.

L’opinion française semble détachée du conflit. Elle est même plutôt favorable à l’arrêt des hostilités. Un sentiment accentué par l’échec de la bataille de Dien Bien Phu, le 7 mai 1954, qui met un terme aux espoirs de l’armée française.

Chute de Dien bien Phu.

Arrivée du porte avion « bois Belleau » dans la baie d’Along. Le commentateur compare Dien Bien Phu à un nouveau Verdun.

La France n’a pas obtenu la victoire militaire qu’elle espérait pour peser dans les négociations internationales sur la question indochinoise. Pierre Mendes France opte pour la paix. L’Indochine retrouve son indépendance.

Rétrospective en deux volets de la Guerre d’Indochine.

Signature des accords de Genève.

Hanoï à l’heure Viet Minh.

Retrouvez le site officiel de l’exposition au musée de l’Armée, Hôtel national des Invalides : Indochine, des territoires et des hommes, 1856-1956.

Rédaction Ina le 14/10/2013 à 11:36. Dernière mise à jour le 09/04/2015 à 17:44.
Décolonisation Epoques Guerre froide