La cité des sciences et de l'industrie propose une exposition sur le monde très feutré des espions. L'agent secret, pour le grand public, c'est James Bond. Mais qu'en est-il réellement ? Réponse avec un ex-espion français, interviewé en 1967.

A voir ce monsieur d'un âge respectable pédaler tranquillement sur son vélo dans la sérénité d'une matinée hivernale, difficile d'imaginer avoir affaire à un collègue de James Bond. Et pourtant, derrière son aspect bonhomme de paisible retraité, c'est bien un ancien agent des services secrets français que nous avons la chance de rencontrer.

Son nom, Georges Langelar. Sa mission, qu'il accepte visiblement de bonne volonté : livrer un témoignage exceptionnel afin de nous faire prendre conscience des réalités du métier d'espion. Et notamment la plus mystérieuse d'entre toutes, celle de donner la mort à un homme, de tuer son ennemi, en décrivant les conditions psychologiques dans lesquelles se déroulent un assassinat.

A écouter Georges Langelar, il semble néanmoins qu'un agent secret ne tue pas comme il respire, contrairement à l'image de l'espion guerrier forgée par Hollywood. Au cours de sa carrière, Georges Langelar n'a « été obligé [que] de tuer deux fois ». Face à la caméra, il se remémore son état d'esprit au moment fatidique de l'un des deux assassinats : « J’étais absolument lucide, je me souvenais de tout ce qu’on m’avait appris, comment marchait cette arme, et puis ensuite comment la saisir, car elle était pointée sur moi et non sur [mon adversaire] ».

Tout se passe alors comme un éclair : « Tout s’est très bien passé en une demie seconde à peu près, et cet homme qui était en train de manger, je lui ai mis une balle entre les deux yeux, et il s’est vidé sur son assiette ».

A la lucidité nécessaire à l'instinct de survie succède un long moment d'absence, conséquence du choc émotionnel : « Je ne sais pas ce qui est arrivé après, mais il y a un trou dans ma mémoire ». Quand il reprend ses esprits, Georges Langelar se trouve dans « un fossé à trois ou quatre kilomètres de l’endroit » où il a abattu son ennemi, tenant son arme si fort qu'il la ressent douloureusement dans sa main.

Avec une telle expérience de la réalité du terrain et de ce que signifie réellement la mort d'un homme, on comprend aisément sa réaction à la vue des films de James Bond : « Quand je vois James Bond tenir une arme un peu comme ma grand-mère tenait son tisonnier, ça me fait sourire, parce que de toute évidence cet acteur n’a jamais tiré à balles avec une arme »

En réalité, le plus souvent, un « véritable agent secret n’a pas d’arme ». Mais son entraînement spécial doit lui permettre de se servir des objets du quotidien afin de neutraliser, voire de tuer son adversaire, puisqu'il « est tout à fait naturel qu’un homme ait sur lui une boîte d’allumettes, ou qu’il ait dans la poche de son veston un journal ». Et avec « ça », conclue t-il, « on peut tuer »...

Cyrille Beyer

Rédaction Ina le 08/04/2019 à 17:04. Dernière mise à jour le 17/10/2019 à 12:12.
Economie et société