Tony Blair : le bilan

Redaction Ina le 24/06/2007 à 00:00. Dernière mise à jour le 28/04/2017 à 15:47.
Gouvernements Politique internationale
Tony Blair : le bilan

Il y a 20 ans, le 1er mai 1997, Tony Blair devenait Premier ministre du Royaume-uni à 44 ans. Il allait quitter son poste le 27 juin 2007, après 10 années passées à 10 Downing Street. Petit retour en images sur cette décennie de "blairisme".

tony-blair-le-bilan

Les mémoires de Tony Blair

Entretien avec David Pujadas en français, à l'occasion de la sortie de ses mémoires. 

Il évoque en français les dix années controversées de son passage à la tête du pays, sa décision d'accompagner les Etats-Unis dans la guerre en Irak, sa collaboration avec George Walker Bush ainsi que sa vision du progressisme.
L'entretien est précédé d'un montage d'archives (mai 1997, avril 1998) et infographies résumant sa carrière politique.

Entretien avec Tony Blair, 2010

Parcours éclair

Anthony Charles Lynton Blair, dit Tony Blair est né le 6 mai 1953 dans une famille aisée. Après une scolarité exemplaire, le jeune Tony intègre l'université d'Oxford où il fait son droit, tout en chantant dans un groupe de rock après les cours. Jeune diplômé, il commence sa carrière en travaillant dans un cabinet d'avocats, où il rencontre sa future femme, Cherie Booth, avec laquelle il aura 4 enfants. En 1975, le jeune passionné de politique rejoint le Parti Travailliste (Labour Party). Il échoue aux élections du Parlement en 1982, n'obtenant que 10% des suffrages, mais parvient néanmoins à impressionner le leader du parti, Michael Foot.

Portrait de Tony Blair, 1997

New Labour

En 1983 Tony Blair gagne le siège de la circonscription de Sedgefield, près de Durham, la ville où il a grandi, dans le nord-est de l'Angleterre. Il s'intègre alors dans le courant réformateur du parti. Une fois élu, il brûle les étapes et en 1988 entre au « cabinet fantôme » (gouvernement virtuel formé par le parti de l'opposition) en tant que secrétaire à l'énergie puis à l'emploi. Les positions qu'il adopte sont de moins en moins à gauche. Le leader du Labour Party, John Smith, décède subitement en 1994. Blair et Gordon Brown, tous deux pressentis pour lui succéder, concluent un accord : le premier serait Premier ministre alors que le second deviendrait Chancelier de l'Echiquier (ministre de l'économie).

Blair est élu chef du Labour le 21 juillet 1994, et met rapidement en marche la réforme du parti qu'il résumera par l'expression « New Labour ». Le 1er mai 1997, il remporte haut la main les élections et, à 43 ans, devient le plus jeune Premier ministre depuis 1812.

Election de Tony Blair, 2 mai 1997

40 jours de pouvoir et état de grâce, juin 1997

En vacances en France, Tony Blair reçoit le Premier ministre Lionel Jospin, août 1997

Février 2001. Les deux hommes se retrouvent pour évoquer l'évolution de l'Europe et d'évoquer l'idée d'une évolution vers un "état-nations".

Conférence franco-anglaise à Cahors, 2001

26 septembre 2006. Tony Blair fait ses adieux au parti travailliste.

Tony Blair fait ses adieux aux Travaillistes, 2006

30 janvier 2007. Nicolas Sarkozy en voyage de campagne présidentielle se rend à Londres pour recontrer Tony Blair. Il se demande pourquoi on n'imite pas le Blairisme en France...

Nicolas Sarkozy rencontre Tony Blair, 2007

"Education, éducation, éducation..."

Tony Blair est le premier leader travailliste à avoir porté son parti à la victoire 3 fois consécutives. Les premiers temps, il jouit d'un fort soutien populaire, sachant montrer qu'il comprend le peuple : à la mort de Diana en août 1997, 3 mois après les élections, il l'appelle « la princesse du peuple », expression qui reflète le sentiment général des britanniques. « Mes trois priorités : éducation, éducation, éducation. » - voilà ce qu'il déclare dès 1997, tout en réaffirmant vouloir diriger un grand gouvernement réformateur en Grande-Bretagne . De grands chantiers sont en effet mis en œuvre, que ce soit en matière d'éducation, de sécurité, de système de santé ou d'économie. Mais le 18 mars 2003, le vote des députés en faveur d'une action militaire en Irak ternit son image auprès des britanniques. En politique étrangère, le gouvernement de Tony Blair apparaît comme l'allié inconditionnel des Etats-Unis, malgré l'opinion publique peu favorable.

L'après Blair

Très impopulaire à la fin de son mandat, suite à diverses polémiques sur des prêts secrets accordés par des hommes d'affaires au Parti Travailliste, Blair reste convaincu que l'Histoire finira par le réhabiliter.

Le bilan de Tony Blair, 2007

En 2014, toujours pro-européen, il explique à Patrick Cohen, sur France Inter, ses craintes concernant la sortie de la Grande-Bretagne de l'UE. Ce qui serait à son avis une "catastrophe".

Sa position sur l'Europe, 5 novembre 2014 (audio)