C'est l'une des courses d'aviron les plus mythiques au monde : La Boat Race entre les universités d'Oxford et Cambridge. La première édition a eu lieu le 10 juin 1829.

C'est l'histoire de deux écoles historiques, d'une rivalité profonde qui dure depuis 190 ans. Celle de Cambridge et d'Oxford. Deux universités anglaises parmi les plus mythiques au monde. Mais c'est aussi l'histoire d'une course sur la Tamise : la Boat Race.

Depuis 1829, ils sont huit sur chaque bateau, à ramer devant des dizaines de milliers de spectateurs. Parmi eux, des anglais mais aussi des étrangers dont des américains ou des français. Et dire que la plus grande course d'aviron au monde a commencé au début du 19ème siècle, le 12 mars 1829 précisément, après un simple défi entre deux amis anglais. Ce jour là, Charles Merivale, alors étudiant à l'université de Cambridge, lance un défi un peu particulier à son ami de l'école d'Oxford, Charles Wordsworth, celui d'une course d'aviron sur la Tamise. Le perdant relance le défi et la tradition s'est ensuite poursuivie année après année. 

Si la première édition a eu lieu en 1829, elle s'est ensuite déroulée tous les ans depuis 1856 (hormis pendant les deux guerres mondiales). Du quartier londonien de Putney à celui de Mortlake, la course a vu passer de grands noms dont les médaillés olympiques Tim Foster, Luka Grabor ou encore Kieran West, sacrés aux Jeux Olympiques de Sydney en 2000. A ce jour, Cambridge mène la danse avec 84 victoires à son compteur contre 80 pour Oxford. Les deux équipes n'ont pu se départager qu'une seule fois, c'était en 1877.

En 190 ans, la Boat Race a livré son lot de surprises, de déceptions, de joies et d'anecdotes comme en 1978. Cette année, l'équipe de Cambridge ne finira même pas la course, victime du temps pluvieux et de sa propre embarcation. Le bateau et les 8 rameurs couleront, laissant une victoire facile à Oxford. Un événement rare dans la compétition puisqu'il n'est arrivé que trois fois qu'un bateau coule pendant l'épreuve (Oxford en 1925 et Cambridge en 1859 et 1978).

L'équipe de Cambridge coule à pic

"Il y a même des gens qui viennent des Etats-Unis pour cette course."

                                                   Une spectatrice

La Boat Race, c'est bien plus qu'une simple tradition entre deux universités. C'est un mythe auquel des milliers de gens assistent chaque année sur le bord de la Tamise. Pour Marko Banovic, membre de l'université de Cambridge en 1996, c'est aussi une rivalité qui passionne les foules : "Pour les gens qui ne s’intéressent pas beaucoup à l'aviron, ils ne voient que le côté traditionnel de l’événement et trouvent ça très romantique. Vous savez, cette course unique au monde entre deux universités qui dure depuis 1829, c'est vraiment le genre de truc que les gens aiment." Dans un reportage de l'émission Stade 2 de 1996, les spectateurs venaient parfois de loin, très loin, comme le soulignait cette française : "C'est très typique. Il y a tout, la bière, le pub, le soleil. C'est connu mondialement mais il y a même des gens qui viennent des Etats-Unis pour voir cette course." Cette année, 160 pays transmettent l’événement à travers le monde permettant à plus de 400 millions de personnes de regarder la course et d'assister à la victoire de Cambridge, la troisième d'affilée. Mais Oxford reviendra plus fort l'année d'après selon Matthew Pinsent, champion olympique en 1992 et ancien rameur d'Oxford : "Oxford a beaucoup appris cette année et reviendra plus fort l'an prochain."

Les rameurs sont tous étudiants dans l'une ou l'autre des universités. Ils ne sont pas professionnels mais ne négligent pas pour autant la préparation et s’entraînent plusieurs jours par semaine pendant de longs mois avant la compétition. Contrairement à d'autres compétitions américaines d'aviron, les rameurs ne sont pas rémunérés mais verront leur nom gravé sur les murs du Club House des deux universités. Des noms gravés pour toujours et reliés à jamais à l'histoire de la Boat Race.

Jérémie Gapin

Rédaction Ina le 06/06/2019 à 14:44. Dernière mise à jour le 11/06/2019 à 11:14.
Histoire et conflits