Un terme français, un père anglais

Si le terme « scout », signifiant « éclaireur », est issu du vieux français « escouter » (écouter) , le père du mouvement vient de Londres. Officier engagé dans la seconde guerre des Boers (1899-1902), Robert Baden-Powell a l'idée de solliciter les jeunes de la ville d'Afrique du Sud où il se trouve pour transmettre des messages. Il réussit ainsi à prouver que des jeunes étaient tout à fait capables de réussir une mission, pourvu qu'on leur fasse confiance.
Fort de cette expérience, le Lord anglais décide de tester ses idées d'éducation par le jeu, l'indépendance et la confiance en soi en organisant un campement de quinze jours avec une vingtaine de garçons. Le 29 juillet 1907, le premier camp scout voit donc le jour sur l'île de Brownsea, au large de l'Angleterre.

35 millions dans le monde

L'expérience est un succès. Des centaines de patrouilles scoutes vont bientôt voir le jour dans toute l'Angleterre, sur l'ensemble de l'Empire britannique, puis sur la planète entière.
Aujourd'hui, le mouvement réunit plus de 35 millions de personnes, filles et garçons, puisque le scoutisme se pratique en coédition (mixte) depuis 1982. S'il existe une multitude de mouvements à travers le monde, dont près de 80 groupements différents rien qu'en France, tous reprennent les idées d'éducation distillées par Baden-Powell.

Sardines, gamelles et feuillées

Favoriser le développement physique, intellectuel, social et spirituel des jeunes : voici le principe de base du scoutisme. Pour atteindre cet idéal, rien de tel que l'apprentissage de la vie en communauté… surtout en camping ! Hé oui, sardines, gamelles, feuillées (WC) et veillées font partie des incontournables de la vie d'un scout, depuis l'origine du mouvement. C'est d'ailleurs au cours d'une de ses célèbres soirées au coin du feu que le scout doit faire sa « promesse », c'est-à-dire la reconnaissance de son adhésion aux valeurs scoutes. Une fois son serment prononcé, il peut effectuer le célèbre salut. Le pouce placé sur l'auriculaire (pour rappeler que le fort protège le faible) et les 3 doigts levés, pour symboliser les 3 engagements du scout : être loyal, aider les autres et observer la loi des scouts.

« On n'attrape pas froid par les genoux ! »

Outre le salut, l'autre signe distinctif des scouts est bien évidemment la tenue. Inspiré de celui porté par les troupes coloniales britanniques du temps de Baden-Powell, l'uniforme original est constitué d'une chemise kaki, d'un short et d'un chapeau à larges bords. L'instigateur du mouvement préconisait aussi le short pour les responsables, car le fait d'être habillé de la même façon que les jeunes contribuait à réduire la distance qui les séparait des adultes mais surtout, toujours selon lui, « on n'attrape pas froid par les genoux ! »
Aujourd'hui, la panoplie vestimentaire du scout à bien évolué. Les chemises peuvent être rouges, bleues ou jaunes, et les pantalons longs. Deux incontournables subsistent néanmoins dans l'ensemble des mouvements : les écussons (fleurs, croix, trèfles…) et le foulard. Roulé puis attaché autour du cou grâce à une bague ou un nœud, le foulard est généralement l'emblème de la troupe et surtout un indispensable signe de reconnaissance, notamment pour les jamborees.

Jean-Jacques Goldman, Jacques Chirac et Harrison Ford

Tous les 4 ans, les scouts du monde entier se réunissent dans un endroit différent. L'idéologie de l'événement est de promouvoir la paix et la compréhension entre les jeunes de toute la planète. Jusqu'au 8 août prochain à Chelmsford, près de Londres, se tient un jamboree qui doit accueillir près de 28 000 jeunes, filles et garçons, et 12000 responsables scouts de 150 pays. Ce rassemblement fait partie des célébrations organisées cette année à l'occasion du centenaire du scoutisme.
Autre rendez-vous de taille : le 1er août. Tous les éclaireurs et guides du globe sont invités à renouveler leur promesse. Plusieurs milliers d'anciens et de nouveaux scouts pourront ainsi communier. De nombreuses personnalités devraient (très probablement) renouveler leur engagement passé, à l'image de Pierre Bellemare, Claire Chazal, Jean-Pierre Foucault, mais aussi Calogero, Julien Clerc ou Jean-Jacques Goldman… Sans oublier Antoine de Caunes, Jean Dujardin, Michel Galabru, Audrey Tautou, Jacques Chirac et Harrison Ford...

Rédaction Ina le 24/07/2007 à 00:00. Dernière mise à jour le 21/02/2018 à 10:42.
Vie sociale