New York, New York

 Né à New York en 1923, Roy Lichtenstein s’intéresse dès son plus jeune âge au dessin. Il quitte sa ville natale en 1940 pour suivre des cours d’art à l’Université d’Etat de l’Ohio. L’actualité rattrape le jeune homme. En plein conflit mondial, Lichtenstein est contraint de faire son service militaire sur le vieux continent. Cette parenthèse européenne de trois ans va lui permettre de visiter de nombreux musées et de parfaire sa culture artistique. De retour aux Etats-Unis en 1946, il poursuit ses études, se marie et part enseigner à Cleveland puis à Oswego dans l’Etat de New York. A l’instar d’Andy Warhol, le peintre commence à s’intéresser à l’imagerie populaire véhiculée par la publicité et symbole de l’american way of life.

 Comic Strip

 De retour à New York, il commence ses premières œuvres Pop art en 1961. Ses travaux vont alors s’inspirer des comics américains, ces bandes dessinées mainstream mettant en scène des supers-héros. Toujours sous un œil parodique, l’artiste va multiplier les agrandissements fragmentés de comics. Le marchand d’art Leo Castelli le repère et expose ses toiles dans sa galerie New Yorkaise. Le succès est immédiat. Les œuvres Whaam ! ou The Melody Haunts my Reverie illustrent ce point de trame si particulier qui va devenir sa marque fabrique. A la fin de sa vie, l’artiste conçoit aussi plusieurs sculptures comme la Barcelonna Head qu’il réalise pour les Jeux olympiques de Barcelone en 1992. Il décède cinq ans plus tard d’une pneumonie. Les œuvres de Lichtenstein sont aujourd’hui exposées partout dans le monde : au Moma à New York, au Tate Modern de Londres, au musée Ludwig de Cologne, et au Centre Beaubourg de Paris. A l’occasion du 15ème anniversaire de sa disparition, Ina.fr vous invite à regarder le peintre travailler dans son atelier à Manhattan ou évoquer la spéculation sur le marché de l’art. Hommage.

Rédaction Ina le 13/09/2012 à 10:22. Dernière mise à jour le 27/09/2017 à 17:48.
Beaux Arts