Gary 620

"Ma vie a été un effort de ne pas être moi-même"

1974. L'écrivain parle de son roman "La nuit sera calme", une œuvre confession dans laquelle Romain Gary fait le bilan de sa vie et de ses multiples casquettes : aviateur, militaire, diplomate, cinéaste, journaliste…

 

 

 

Littérature et Prix Goncourt

Romain Gary parle de son roman "Les racines du ciel". Le livre qui a reçu le Prix Goncourt  en 1956 est  attaqué par la critique pour son style littéraire. Il défend ce parti pris devant Pierre Dumayet.

 

L'affaire Emile Ajar

Retour sur l'énigmatique Emile Ajar qui reçut le Prix Goncourt en 1975 pour "La vie devant soi". Ce n'est que quelques jours avant son suicide que Romain Gary révèle qu'il est le véritable auteur du roman. Emile Ajar n'est qu'un nom d'emprunt et un personnage monté de toutes pièces. 1981. Bernard Pivot reçoit Paul Pavlowitch, qui endossa le rôle d'Emile Ajar pour recevoir le prix Goncourt à la place de Romain Gary.

 

 

La Guerre

A propos de l'incendie du Reichstag en 1935 : "C'était mon premier espoir de guerre".

Romain Garry raconte son expérience en tant qu'aviateur lors de la bataille d'Angleterre : "Les héros sont ceux qui sont morts".

 

Romain Gary et les femmes

1970. Romain Gary évoque le décès de sa mère et exprime sa peine : "il faut des années pour être vraiment touché en profondeur […] pour que votre personnalité s'adapte à un monde nouveau, celui où la personne qui était votre tout […] n'existe plus. Le monde entier n'est plus le même, c'est un changement de planète".

1975. L'écrivain commente une photo de sa mère et explique le pouvoir d'une mère dans la formation d'un homme.

1977. Gary parle de son ouvrage "Clair de femme" : "La femme est mon cri cellulaire".

Romain Gary avec sa femme, l'actrice Jean Seberg.

 

Un homme de conviction

 

1970. A l'occasion de la sortie de son livre "Chien blanc", il raconte comment il a recueilli un chien (Sandy) à Los Angeles. Il s'agit d'un chien loup dressé à l'origine pour attaquer les personnes noires. Les afro-américains baptisaient ces chiens les "white dogs". L'écrivain explique comment il a mis un point d'honneur à rééduquer ce chien et comment l'animal est devenu pour lui le symbole de la lutte contre les discriminations.

1972. Découvrez Romain Gary réalisateur avec le film "Kill". Un long-métrage dans lequel il souhaite partager son horreur et le dégoût pour les trafiquants de drogues.

Un diplomate spécialiste des Etats-Unis

1974. Romain Gary donne son point de vue sur le film "l'Exorciste". Selon l'auteur, le film renvoit à l'actualité de l"époque : "L'Amérique a été possédée par Nixon. L'Amérique a été possédée par un démon, Nixon, et il suffit d'exorciser Nixon pour que tout redevienne bien en Amérique".

Lors du congrès de l'UDR à Nice le 22 novembre 1963, l'écrivain prononce un éloge sur John Kennedy, alors même qu'à Dallas, le président américain se fait assassiner.

Spécialiste des Etats-Unis, il donne son opinion sur Jimmy Carter, alors candidat à la présidence des USA.

 

Le cinéaste

1967. "Les oiseaux vont mourir au Pérou".

Le théâtre

1962. Romain Gary présente sa première pièce "Johnny cœur".

La suicide

"Je me suis enfin exprimé entièrement"

"Aucun rapport avec Jean Seberg. Les fervents du cœur brisé sont priés de s'adresser ailleurs". Tels sont les derniers mots laissés par l'écrivain avant de mettre fin à ses jours en 1980. Sa femme, l'actrice Jean Seberg, s'était suicidée un an plus tôt. Il est incinéré au cimetière du Père Lachaise.

 

Retrouvez la collection A voix nue consacrée à Romain Gary

Rédaction Ina le 06/05/2014 à 16:22. Dernière mise à jour le 29/11/2016 à 18:09.
Littérature