Un nouvel album de "Martine" sort le 23 juin. "Martine au Louvre" est le 61e opus des aventure de l'héroïne créée par Marcel Marlier en 1954. La fillette est toujours plébiscitée par les jeunes lecteurs et leurs parents. Pour ses 50 ans, elle faisait toujours autant rêver les petites filles.

La série des "Martine" est née de la collaboration entre Marcel Marlier, l’illustrateur herseautois et le scénariste normand Gibert Delahaye, respectivement décédés en 2011 et 1997. Pour ce nouvel opus, bien que leurs noms et prénoms figurent en couverture de cet album édité chez Casterman, ils n'ont bien entendu pas contribué directement à la réalisation de l’ouvrage. Cette fois, Martine va entraîner ses lecteurs dans quelques salles et œuvres célèbres du musée du Louvre. Une manière originale de le visiter, de l’incontournable "Joconde" de Léonard de Vinci au "Tricheur à l’as de carreau" de Georges de La Tour, en passant par le "Radeau de la Méduse" de Théodore Géricault et les "Saisons" d’Arcimboldo. Martine passera ainsi d’œuvre en œuvre au gré de sa déambulation, en traversant les époques, de l’Égypte ancienne aux révolutions de l’âge moderne. Quant à nous, partons à la découverte de cette fillette emblématique de la littérature enfantine, avec le 13h00 du 18 septembre 2004.

"Elle a conquis le coeur de plusieurs générations d'enfants... Martine, la petite fille sage, à qui il arrive de multiples aventures, a 50 ans. Son créateur Marcel Marlier qui vit en Belgique a traversé toutes les modes et vient de terminer son 58e album." En 2004, cela fait 50 ans qu'elle est née de l'imagination de Marcel Marlier. Il vit toujours dans l'intimité de Martine dont il connait chaque secret et grâce à qui il découvre encore le monde : "Chaque Martine est le prétexte à découvrir un univers différent… pour Martine fait de la danse, évidemment je n'y connais rien, alors là, j'étudie. Je vais faire un stage et ça me fait voyager…", précise-t'il alors.

"Martine", un succès universel

Assis à son bureau, l'artiste met la dernière touche à une nouvelle planche tout en évoquant Martine comme si c'était sa propre fille. Sa coiffure par exemple, un vaste sujet ! Il s'amuse à la faire évoluer au gré de ses envies : "Au début, elle avait une queue de cheval et puis j'ai fait une coiffure un peu à la Stone et puis j'ai changé et maintenant je suis revenu à une queue de cheval. Je suis libre." Cette liberté, c'est aussi celle d'aller à contre-courant : "Maintenant, je devrais peut-être faire Martine et les ordinateurs mais enfin ça ne me dit pas grand-chose. Je n'ai pas envie". Martine s'est "clonée" à l'étranger sous les prénoms de Margaret, Maya ou Debbie, traduite dans 34 langues étrangères, elle a vendu 80 millions d'albums depuis sa naissance.

Un peu étonné par ce succès, l'auteur s’enthousiasme : "Je m'aperçois que les enfants réagissent dans tous les pays de la même façon, alors qu'on pourrait croire que pour eux, c'est peut-être exotique. Ils réagissent aux mêmes dessins, aux mêmes attitudes." Lors d'une séance de dédicaces, même succès. Les fans sont nombreuses entre 7 et 77 ans… Trois générations attendent dans la file avec la même impatience et la même étincelle dans les yeux. "Il n'est jamais trop tard pour bien faire, même à cinquante ans on achète..."

La seule à ne pas supporter la gentille héroïne de papier, c'était sans doute Marie-Augustine Marlier, regrettant avec humour que son époux ait d'avantage vécu avec Martine qu'avec elle en 45 ans de mariage… "Parce que je peux lui parler, il n'entend pas. Il est dans son monde à lui. Je suis un peu jalouse quand même mais je crois qu'on ne le changera plus !".

A la veille de la sortie du livre, c'est justement, Marie-Augustine qui a reçu en primeur le 61e album des aventures. Transposer les aventures de Martine au Louvre est sans doute un manièr, pour le plus grand musée du monde, de reconnaître le travail artistique de Marcel Marlier sur six décennies, un artiste qui offrit son art aux enfants du monde entier.

Pour aller plus loin : 

martine312jpg

Photo extraite du reportage.

"Martine", héroïne des enfants, 56 ans et toujours en vadrouille. Depuis "Martine à la ferme" en 1954, Marcel Marlier, l'illustrateur de la célèbre saga, a publié 60 albums. A l'occasion de la sortie du nouvel épisode "Martine et le prince mystérieux", rencontre avec le père de la célèbre héroïne qui vient de fêter ses 80 ans. (Vidéo AFP, 17 novembre 2010)

Le père de "Martine" est mort. Dessinateur belge Marcel Marlier, l'un des deux créateurs en 1954 du célèbre personnage de "Martine", est décédé à 80 ans, deux mois après avoir été hospitalisé d'urgence. Images et documents d'archives dont une interview du dessinateur. (Vidéo AFP, 1 janvier 2011)

Florence Dartois

Rédaction Ina le 24/04/2019 à 17:02. Dernière mise à jour le 22/06/2021 à 18:21.
Art et Culture Littérature