Le ministre de l’Ecologie a organisé plusieurs dîners privés exagérément fastueux aux frais de la République, alors qu’il était président de l’Assemblée nationale, selon Médiapart. Pourtant, au cours de sa carrière politique, il n’a cessé de prôner la moralisation de la sphère politique.

Homards et vins luxueux au menu. Entre octobre 2017 et juin 2018, François de Rugy, alors président de l’Assemblée nationale, a organisé avec sa femme Séverine de Rugy, de somptueux dîners réunissant jusqu’à 30 personnes, principalement des amis du couple, selon le média en ligne Médiapart. Et tout ça aurait été financé avec l’argent de l’Etat.

Pourtant, au cours de sa carrière politique, l’actuel ministre de l’Ecologie n’a cessé de prôner la transparence et de dénoncer les privilèges de la classe politique. En 2012, Claude Bartolone, alors président de l’Assemblée nationale, présentait son plan d’austérité. Parmi les mesures, une baisse de 10% du montant de l’IRFM, l’indemnité représentative de frais de mandat des députés et sénateurs. Une mesure défendue par François de Rugy, alors co-président du groupe écologiste à l’Assemblée nationale: « Si on ne fait pas la transparence, on va évidemment donner l’impression qu’on a quelque chose à cacher et que ce sont des privilèges. Il faut donc lutter contre ce sentiment qui nourrit l’antiparlementarisme. »

Un an plus tard, en 2013, c’est une dizaine de députés qui dénonçaient les privilèges de l’Assemblée nationale dans un article du Nouvel observateur. Parmi eux, toujours François de Rugy. Le député de Loire-Atlantique réclamait notamment un contrôle des lobbys plus strict au Palais-Bourbon. Quand un journaliste lui demandait s’il y avait trop de privilèges accordés aux députés, il répondait : «  Il faut mettre fin à cette idée très répandue parmi les citoyens, et je les comprends, selon laquelle finalement les élus se font leur propre petit système et qui de fait seraient un peu privilégiés. »

En 2017, même son de cloche de la part de l’actuel ministre. Alors que chaque député perçoit une somme de 5300 euros par mois pour subvenir à ses frais professionnels, le président de l’Assemblée nationale annonçait fièrement la réforme demandant un contrôle plus strict de ces dépenses :  « Nous avons décidé de mettre des règles claires et précises sur ce qu’il est possible de faire et ce qu’il est interdit de faire avec les moyens alloués par l’Assemblée nationale aux députés pour travailler. Ce sont des moyens de travail. »

Face à la polémique, François de Rugy soutient aujourd’hui qu’il n’a « rien à se reprocher ». En juillet 2018, il avait déjà été épinglé pour certaines dépenses dont un vélo elliptique, et un appareil à raclette passé en notes de frais.

Jérémie Gapin

Rédaction Ina le 10/07/2019 à 18:49. Dernière mise à jour le 11/07/2019 à 14:56.
Economie et société