Poupées sexuelles : les dessous d’un fantasme masculin

Les progrès technologiques ont rendu ces poupées de plus en plus réalistes, à tel point qu’elles sont aujourd’hui commercialisées en masse dans certains pays, comme au Japon où plus de 2000 poupées de silicone de taille humaine sont vendues chaque année : de nombreux Japonais vivent en couple avec leur « Baby doll ». Mais les pays occidentaux ne sont pas en reste. Depuis de nombreuses années, ce phénomène intrigue et attise les fantasmes de nombreux hommes.

 

En 2002, un reportage de l’émission Aléas s’intéresse à cette nouvelle mode. Un artiste allemand installé en Bavière se consacre entièrement à la confection de ces humanoïdes, frappants de réalisme. L’une de ses préoccupations est de trouver un moyen adéquat pour réchauffer le corps de ses poupées. Un utilisateur américain explique en effet l’importance du réchauffement de la silicone l’hiver.

L’utilisation de ces poupées est parfois très troublante. Gordon, un Américain d’une quarantaine d’années, nous présente sa « baby doll », qui possède les traits d’une adolescente d’une quinzaine d’années. C’est justement le modèle qu’il désire. Il a conscience que dans la vraie vie, il ne pourrait légalement pas avoir de relations avec une jeune fille de cet âge, mais la poupée lui permet de vivre son fantasme. Il habille son modèle, passe du temps avec elle, regarde la télévision en sa compagnie. Une relation prise très au sérieux qui semble combler Gordon.

Si le réalisme de ces poupées se précise, leur idée remonte à la nuit des temps… Idée qui peut paraître choquante au premier abord, mais on peut en effet rapprocher le mythe de Pygmalion aux poupées vendues dans les Sex shops. C’est la thèse que défend cette journaliste travaillant sur le sujet : « Depuis les débuts des temps historiques, l’imaginaire masculin est rempli d’histoires de femmes créées de toute pièce, soit par les Dieux, soit par les hommes »…

La poupée sexuelle est aussi un objet de provocation dans la sphère publique. En atteste ce moment culte de la télévision où le Professeur Choron se présente sur le plateau d’Antenne 2 en compagnie d’une poupée gonflable, qu’il dit avoir été « inséminée par Coluche ». Une blague potache dans le plus pur style de son journal Hara-Kiri… Mais qui en disait déjà long, dès 1980, sur cet objet tant fantasmé, promis à un avenir certain.

Rédaction Ina le 08/02/2018 à 18:07. Dernière mise à jour le 09/02/2018 à 10:14.
Economie et société