Donald Trump est devenu le premier dirigeant américain à fouler le sol nord-coréen. C'est dans l'ancien village de Panmunjom, à cheval sur les deux Corées, qu'a eu lieu la rencontre, le 30 juin, entre le président des Etats-Unis et le leader nord-coréen, Kim Jong-un. Panmunjon, une localité symbole des tensions entre les deux pays...

Sur proposition de Donald Trump, les deux chefs d'Etat ont franchi la limite qui marque la séparation entre les deux pays dans cette localité de Panmunjom, où ne subsiste aujourd'hui de l'ancien village que le bâtiment où fut signé l'armistice de 1953. 

L'objectif de cette rencontre au sommet était de « réamorcer les discussions sur le programme nucléaire de Pyongyang », après l'échec du sommet de Hanoï en février dernier, et un peu plus d'un an « après leur premier sommet de Singapour ». 

Donald Trump, « fier d'avoir franchi cette ligne », a déclaré que cette rencontre représentait « un grand jour pour le monde ». Tout aussi enthousiaste, Kim Jong-un a quant à lui déclaré espérer « surmonter les obstacles » grâce à ses liens « merveilleux » avec le président américain. 

Le nom de Panmunjom symbolisera t-il un nouveau chapitre dans les relations conflictuelles qui marquent la péninsule coréenne depuis 1953 ? Le 27 juillet 1953, la localité était choisie pour la signature de l'armistice entre Corée du Nord et la Chine d'une part, et d'autre part les forces des Nations Unies, la Corée du Sud n'ayant jamais formellement signé d'armistice. 

Depuis cette date, Panmunjom est au coeur de la zone dite démilitarisée, la DMZ : « une étroite bande de terre allant de la mer Jaune, à l'ouest, à la mer du Japon, à l'est ». Du côté sud, « 650 000 soldats font face aux 1 million de soldats nord coréens ». La présence militaire, « omniprésente », marque profondément la région. Panmunjom a été « pendant longtemps, le seul point de rencontre entre les deux pays ». Un endroit où se cristallisent toutes les tensions entre les deux Corées. En 1976, par exemple, « deux soldats américains sont tués à coups de hache par des soldats nord-coréens ». 

D'autres épisodes, moins dramatiques, ont marqué les relations des deux côtés de la DMZ. A Panmunjom toujours, un officier américain des troupes de maintien de la paix de l'Onu évoquait en 1981 une rivalité bien particulière entre Américains et Nord-Coréens : la taille des drapeaux : « un beau jour les Américains sont arrivés avec un drapeau, alors le lendemain les Nord-Coréens en ont apporté un plus grand, les Américains on répliqué, si bien que très rapidement les drapeaux ne rentraient plus dans la pièce ». Pour régler cette crise diplomatique peu ordinaire, décision est prise de « rajouter un article dans le traité d'armistice pour limiter la taille des drapeaux ».

Symbole des tensions de cette guerre larvée entre Corée du Nord et Corée du Sud, Panmunjom est aussi le point de ralliement de touristes du monde entier qui rejoignent depuis Séoul, grâce à « l'autoroute de la liberté », ce qui s'apparente encore aujourd'hui à « un mur de Berlin vivant ».

Cyrille Beyer, avec l'AFP

Rédaction Ina le 01/07/2019 à 11:55. Dernière mise à jour le 30/07/2019 à 12:00.
Histoire et conflits