Qui était Pablo Escobar ? Un pape sanguinaire de la drogue ou un bienfaiteur du peuple ? Opposé à toute forme d’autorité, assassin notoire, le narcotrafiquant devient pourtant député, avant d’être abattu le 2 décembre 1993. Portrait.

A l'occasion de sa mort, le JT de 20h00 de France 2 lui consacre un portrait et revient sur son parcours.

Pablo Escobar naît dans une famille pauvre du village de Rionegro en Colombie. Pour survivre, il multiplie les rapines, les vols de voitures et passe au kidnapping de cadres de Medellin moyennant rançon. A l’âge de 20 ans, il travaille pour le contrebandier Alvaro Prieto. En deux ans, il devient millionnaire !

Un narcotrafiquant implacable

Le jeune homme est très ambitieux, il commence à investir dans la cocaïne en 1975. Il s’achète bientôt un avion avec lequel il va passer de grosses quantités de drogues en contrebande. Au début des années 80, Escobar est à la tête du puissant cartel de Medellin. Au sommet de « sa gloire », il contrôle 80% du commerce mondial de la cocaïne. Son empire s'étend de la Bolivie au Pérou, il exporte vers l'Amérique du Nord, l’Europe et l’Asie.

Les barons de la drogue, 1990

Escobar se taille rapidement une réputation de caïd implacable. Travaillant en toute impunité, il n’hésite pas à neutraliser les représentants de l'autorité (juges, policiers…) en les achetant ou en les éliminant. Il tue quiconque se met sur son chemin, y compris ses lieutenants.

Meurtre d’un procureur, 1988

Les revenus de son cartel sont estimés à 30 milliards de dollars par an et, en 1989, le magazine Forbes le classe au 7e rang des plus grandes fortunes du monde !

Un bienfaiteur du peuple ?

Implacable en affaires, le parrain colombien est un héros à Medellin où il distribue généreusement de l'argent aux pauvres. Il est le seul à leur tendre la main et la population lui voue un véritable culte. Élu député libéral au congrès colombien en 1982, le narcotrafiquant construit 500 maisons dans les bidonvilles. Il propose même de racheter la dette extérieure du pays avec ses narcodollars !

De la politique à la terreur

Porté par ce succès électoral, il manifeste le désir de jouer un rôle politique plus important, voire d’accéder à la présidence. Face au refus des dirigeants, l’homme vexé se lance dans une campagne de terreur. Il donne une prime à ses sicarios (tueurs) pour abattre des policiers : 600 d'entre eux meurent de cette manière. Il fait assassiner des journalistes, des juges et même trois candidats à la présidence en 1989.

La guerre est déclarée

La réaction des autorités ne se fait pas attendre. Le 15 février 1990, un sommet anti-drogue se réunit à Carthagène en présence des présidents Bush (États-Unis), Barco (Colombie), Paz Zamora (Bolivie) et García (Pérou).

Lutte contre la drogue, 1990

En avril, l'armée colombienne encercle le siège de Pablo Escobar. Il y aura 510 morts mais ce dernier réussit à s'échapper.

Certains membres du bras armé du cartel craignent d’être arrêtés et extradés vers les États-Unis. En avril 90, ils annoncent leur désir de se désolidariser de leur leader. L’étau se resserre sur Escobar.

Trahison du bras armé d’Escobar, 1990

En juillet, la traque s’organise, 3000 hommes se lancent sur ses traces. Onze de ses lieutenants sont arrêtés.

La traque, 1990

En 1991, Escobar accepte de cesser sa campagne de violence et se livre aux autorités contre la promesse de ne pas être extradé aux États-Unis, de bénéficier d’une réduction de peine et d’un traitement de faveur.

De la prison dorée à la mort violente

Point de prison pour ce pacha du crime, on lui construit une luxueuse résidence avec piscine, discothèque, salle de billard... En juin 91, le président colombien Gavira revient, un peu gêné, sur ces conditions détention.

Interview du président Gavira, 1991

Dans les faits, loin d'être reclus, il continue à diriger son cartel, fait les boutiques et reçoit des visiteurs ! Il pousse même la provocation jusqu’à tuer des partenaires suspectés de trahison. Les autorités décident alors de le transférer dans une vraie prison. Le caïd résiste et finit par s’enfuir. Sa tête est mise à prix à six millions de dollars. Après plusieurs mois de chasse à l’homme, le 2 décembre 1993, les autorités colombiennes, assistées des services américains, le cernent et le tuent. Quelques jours plus tard, une foule en transe assiste aux obsèques de son héros.

Obsèques d'Escobar, 1993

Un trafiquant est mort, un mythe est né. Après sa mort, les démunis des quartiers pauvres de Medellin en ont fait un saint et continuent à vénérer son souvenir.

escobar312
Rédaction Ina le 28/11/2013 à 15:20. Dernière mise à jour le 28/11/2019 à 14:29.
Politique internationale