La crise aura eu raison de Fauchon, l'une des célèbres épiceries fines de Paris. L'enseigne ferme deux de ses trois magasins place de la Madeleine. En 1975, en pleine crise économique, la boutique faisait le plein de clients pour les fêtes.

L'épicerie des quartiers chics avait traversé d'autres crises sans encombres, notamment la récession de 1974. Pour le réveillon de fin d'année, les Parisiens plébiscitaient leurs petits plats, boudins blancs et autres coquilles Saint Jacques et la boutique ne désemplissait pas, comme le montre ce reportage diffusé dans le 20h00 du JT de TF1 le 1er janvier 1975.

Pour entrer dans ce sérail de la gastronomie, il fallait patienter dans une file d'attente de plus de 15 mètres, mais pas de quoi démotiver les gourmands. Crise ou pas crise, ils avaient bien l'intention de festoyer, quel que soit le prix des mets.

"Plus de 350 kilos de foie gras ont été vendus en une seule journée" constate le reporter.

fauchon620

Quant à cette dame interrogée, elle l'affirme avec le sourire, "pas de restrictions, nous verrons après". Un homme avoue pour sa part, "on est quand même inquiets mais les restrictions ce sera pour plus tard…", une autre jeune femme l'affirme haut et fort "absolument aucune restriction, au contraire"!

Inquiets ou pas, les Français avaient bien l'intention de consommer et cette année-là Fauchon sortait gagnant de la crise.

"Au total et sur l'ensemble de la France, une augmentation des ventes de 10 à 20% par rapport à l'an dernier. Pourtant l'ambiance n'était pas aux achats. Peu de boutiques décorées, peu de rues illuminées comme les années précédentes. Les commerçants, comme les pouvoirs publics avaient décidé de faire des économies. De plus, les journaux ne cessent d'annoncer et d'expliquer la crise depuis un an : quintuplement du pétrole, ralentissement de l'activité, crainte du chômage, les restrictions font la Une des journaux".

"... les Français ont continué à consommer, parce qu'ils avaient besoin de consommer"

Le journaliste s'étonne "alors pourquoi cette frénésie dans les achats ? Pourquoi cette ruée vers les boutiques ? Alors que partout on parle de crise et même de restriction" ? Il décide de poser la question à l'économiste Alfred Sauvy, également sociologue et démographe, il a sans doute les clés de compréhension de cette fièvre acheteuse et de cette frénésie de consommation.

L'économiste alors âgé de 76 ans explique que "plus les hommes ont été malheureux dans l'histoire, plus ils ont eu besoin de périodes comme cela, de changement. Le pauvre paysan d'autrefois avait des périodes de ripailles dont il avait besoin pour changer son train de vie extrêmement dur et il saisissait les occasions, les mariages, etc. Donc, la fin d'année est précisément une occasion et il n'y a pas de raison, parce qu'il y aurait la crise, pour se priver considérablement. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, pendant l'ensemble de la crise de 1929, la consommation des Français n'a pas diminué. Ils ont diminué leurs investissements, la création et la construction de logements, tout cela mais les Français ont continué à consommer, parce qu'ils avaient besoin de consommer, parce que c'était une nécessité. J'ai déjà un triste privilège, celui de me rappeler l'époque 1915-1916, qui date déjà de soixante ans. Eh bien, les Allemands étaient à 100 kilomètres de Paris. Ils pouvaient en une percée du front de tranchées, arriver à Paris en deux jours, en trois jours. Et jamais les théâtres, les music-halls n'ont été plus pleins".

"Est-ce que tout le monde était égal devant ce défoulement, devant ce bonheur" ? lui demande le journaliste.

"Non, c'est que quand nous voyons les gens réveillonner ou quand nous allons aux sports d'hiver, nous ne voyons tout de même que les favorisés, ceux qui sont vraiment très défavorisés, ceux-là rentrent dans le rang. Chez eux, à manger quelques poireaux, mais là, nous ne les voyons pas" !

Fauchon avait été placé en redressement judiciaire en juin 2020. La fermeture de deux de ses magasins va entraîner 77 licenciements.

Rédaction Ina le 17/09/2020 à 17:07. Dernière mise à jour le 17/09/2020 à 17:17.
Economie et société