Avant l'Homo sapiens, régnait l'homme de Néandertal... Portrait d'un inconnu pourtant très proche de nous…

En 1963, l'émission Visa pour l'avenir propose aux téléspectateurs de découvrir ce lointain ancêtre. Un reportage réalisé dans le Périgord à Régourdou, dans une grotte habitée par Néandertal, suivi d'un entretien avec le paléontologue Jean Piveteau donnent un éclairage intéressant sur monsieur Néandertal…

Le Néandertalien serait apparu entre 660 000 et 450 000 ans et aurait disparu il y a environ 35 000 ans. On retrouve ses traces en Europe, au Moyen-Orient et en Asie centrale.

neandertal-carte620

Répartition de l'Homme de Néandertal en Europe (bleu), au Moyen-Orient (orange), en Asie centrale (vert), et dans l'Altaï (violet).

Notre cousin intrigue les paléontologues. Son statut a souvent varié depuis sa découverte. Il fut d'abord considéré comme une sous-espèce de l'Homo sapiens et nommé en conséquence "Homo sapiens neanderthalensis". Aujourd'hui, on le classe comme une espèce à part entière nommée "Homo neanderthalensis".

Sa drôle de boîte crânienne a été découverte en 1856, dans la vallée (thal) de Neander en Allemagne (d’où son nom), depuis, l’Homme de Néandertal fascine.

neandertal312

L'homme de Néandertal des Eyzies reconstitué en silicone, 1997

L'Homme de Néandertal était physiquement plus robuste et plus trapu que l’Homo sapiens. Il avait un cerveau un peu plus volumineux en moyenne, mais avec un coefficient d'encéphalisation légèrement moindre. En 1997, le musée de la préhistoire des Eyzies présente un homme de Néandertal en silicone grâce aux chercheurs de Bordeaux et au laboratoire de police scientifique.

En 2002, en Dordogne, on fait une découverte précieuse pour les scientifiques, celle d'un bébé de Néandertal, mort il y a 40.000 ans. Depuis 1914, son squelette dormait dans un tiroir oublié du musée national de la préhistoire des Eyzies. Le Dr Bruno Maureille, chargé de recherche au CNRS, exprime son émotion et son espérance de trouver des informations dans l'analyse de son ADN.

Car il reste encore à élucider de nombreux points, notamment celui de son ascendance précise mais surtout les causes de sa disparition après plus de 400 000 ans d'existence.

Certains outils découverts à Gibraltar et attribués aux Néandertaliens pourraient dater de 28 000 ans. Toutefois, une étude parue dans la revue Nature en 2014, basée sur des datations par le carbone 14, suggère qu'ils auraient disparu plus tôt, il y a peut-être environ 40 000 ans. En 2013, on découvre des outils néandertaliens dans le Périgord…

On a tous quelque chose de l'homme de Néandertal en nous…

Les progrès fait en matière de séquençage de l'ADN ont mis en lumière un "flux de gènes" ancien entre les hommes de Néandertal et les hommes modernes d'Eurasie. Son séquençage réalisé en 2006 a été publié en 2010. L'équipe de l'Institut Max Planck, coordonnée par Svante Pääbo, a découvert que les hommes modernes non africains possédaient selon les individus entre 1,8 et 2,6 % de gènes néandertaliens, acquis par hybridation lors de leur sortie d'Afrique. Environ 20 % du génome de Néandertal aurait survécu dans les populations humaines modernes à différents endroits de notre génome.

L'une des hypothèses des auteurs serait que les Néandertaliens ont contribué au génome des populations d'humains modernes non africaines. Elle remettait donc en question la thèse selon laquelle ces deux groupes correspondent à des espèces distinctes, du moins dans le cas précis des représentants anciens des deux espèces.

En 2013, une étude relatant la découverte dans le génome de l'homme moderne européen d'un gène lié à l'immunité qui pourrait être issu du génome de l'homme de Néandertal a renforcé hypothèse d'une hybridation entre les deux lignées humaines. Deux autres études en 2014 (gènes néandertaliens à l'origine de la stimulation immunitaire et des allergies des hommes modernes) et 2016 (sur un Homo sapiens découvert à Kostenki, en Russie, et daté de 37 000 ans) confirme le métissage.

En 2017, une nouvelle étude de Cosimo Posth de l'Institut Max-Planck sur un fémur de Néanderthalien vieux de 124 000 ans montrait que ces os contenaient déjà des gènes caractéristiques de sapiens sapiens. L'étude concluait alors que les premiers croisements entre Sapiens et Néandertal ont dû avoir lieu vers 276 000 ans.

Longtemps considéré comme un être simiesque, peu évolué, fruste, laid. Les progrès de l'archéologie préhistorique et de la paléoanthropologie révèlent un certain développement culturel. Capable de fabriquer des outils, il maîtrisait aussi le feu et faisait preuve de talents artistiques indéniables.

Grâce aux grandes découvertes archéologiques et paléo-anthropologiques récentes le portrait de ce cousin s'est affiné. En 2016 par exemple, les scientifiques découvrent des preuves d'une organisation sociétale néandertalienne dans la grotte de Bruniquel datant de 176 000 ans. De quoi bouleverser les certitudes une fois de plus...

Rédaction Ina le 27/03/2018 à 12:11. Dernière mise à jour le 27/03/2018 à 17:59.
Sciences et techniques Sciences humaines