A partir du 3 octobre, Joan Miro s'expose au Grand Palais. Du cubisme au surréalisme, l’artiste catalan reste une référence. Focus sur l’un des peintres espagnols les plus marquants du XXème siècle.

Miro 620

Joan Miro a toujours travaillé en « ayant un choc ». 30 ans après sa disparition, l’artiste catalan demeure une référence. D’apparente simplicité, son œuvre est une porte ouverte sur l’art abstrait.

Coloriste de génie, Miro est un touche à tout.  Attiré très tôt par la peinture, Miro voyage à Paris en 1919 où il rencontre Picasso qui l’initie au cubisme. Deux ans plus tard, il peint « La ferme », une œuvre clé qui marque sa transition cubiste.  En 1928, il réinterprète l’âge d’or de la peinture flamande avec une série baptisée « Intérieurs hollandais ».

L’artiste ne se limite pas à la peinture. A partir des années 30, Miro s’essaye aux collages.

En 1936, alors que l’Espagne sombre dans le franquisme, Miro s’installe à Paris. Puis, il quitte la capitale française quatre ans plus tard lorsque les nazis occupent la ville. A l’instar de son compatriote et ami Pablo Picasso, la guerre d’Espagne fait de lui un peintre engagé.

Miro décide alors de retourner en Espagne, d’abord à Palma de Majorque puis  à Barcelone. A la fin de la guerre d’Espagne, l’artiste s’ouvre à de nouvelles formes d’expressions : sculpture, céramique et lithographie.

Ses formes rondes, presque enfantines,  et les  couleurs vives qu’il utilise deviennent sa marque de fabrique et font la renommée de l’artiste à travers le monde.

A partir des années 60, il s’investit dans la Fondation Maeght, un projet mené à Saint-Paul-de-Vence par le couple Maeght qui milite en faveur de l’art contemporain.

Jusqu’à la fin de sa vie, Miro participe à des projets ambitieux comme la Collégiale Saint-Frambourg de Senlis (dont il réalise plusieurs vitraux), et des sculptures extérieures imposantes (pour Chicago, Houston, Barcelone).

Focus en images sur la vie et l’œuvre de Joan Miro.

 
1968. Le peintre fête ses 75 ans. Il revient sur sa vie d’artiste.
Retour à la fondation Maeght avec Miro.
1973. Jacques Prévert dit un poème sur Juan Miro.
1978. Exposition Miro à Beaubourg.
1979. La Chapelle St Frambourg de Senlis s'est enrichie de vitraux dessinés par Miro
 
Document audio. Georges Charbonnier s'entretient avec le peintre Joan Miro : il s'exprime sur l'art, la peinture de chevalet, la signature d'une oeuvre, le contact avec le public, le collectif, ses activités artistiques, sa méthode de travail, ses origines catalanes, l'art populaire, la sculpture.
Rédaction Ina le 17/12/2013 à 16:30. Dernière mise à jour le 27/09/2018 à 11:33.
Beaux Arts