C'est la journée du développement durable. Peut-on combiner croissance économique et préservation de l'environnement ? Alors prenons-nous en main pour préserver notre planète ! 

L'écologie et les considérations énergétiques occupent le devant de la scène : réchauffement de la planète, pollution, baisse des réserves d'hydrocarbures sont autant de thèmes préoccupants. Des solutions existent et sont évoquées depuis plusieurs décennies. Un thème déjà ancien à découvrir en vidéos.

Commençons par les basiques, les actions du quotidien qui pourraient bien faire la différence. En 2006, à l'occasion de la 4ème semaine du développement durable, ce reportage rappelait sur les petits gestes en apparence anodins et insignifiants mais qui peuvent aider à sauver la planète. Focus sur le tri du papier, qui peut sauver 900 arbres par jour, si chacun applique le tri sélectif.

De la vulnérabilité des ressources

Rappelez-vous, le 4 novembre 2006, une panne d'électricité d'une heure privait de courant quelque cinq millions de Français ainsi qu'une partie de l'Allemagne et de l'Italie. Cet incident mettait en avant les insuffisances et la fragilité des systèmes énergétiques traditionnels et du Réseau de Transport d'Electricité (RTE). Par la suite, la conférence européenne sur l'énergie a façonné une politique commune à l'UE en matière de sécurité de l'approvisionnement en gaz et en pétrole. C'est dans ce contexte et pour pallier ces faiblesses que se développent les recherches et initiatives en faveur des énergies renouvelables. Globalement en 2017, les énergies fossiles représentaient 45 % de l’énergie produite en Europe.

Des énergies en plein essor

L'épuisement des sources traditionnelles d'énergie et l'impact de leur utilisation sur l'environnement ont poussé les recherches en direction des énergies dites renouvelables. Ces dernières utilisent des flux inépuisables d'énergies naturelles (vent, soleil, eau, biomasse…). En 2017,  un tiers de l’énergie produite en Europe (33%) l’a été par des énergies vertes : éolien (11,2 %), solaire (3,7 %), biomasse (5,9 %), hydraulique (9,1 %). de la consommation mondiale d'électricité.

Les Français sont concernés

Interrogés en 2018 pour une étude de l'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie ) pour son baromètre "Les Français et l'environnement", 92% des Français plébiscitent le développement des énergies renouvelables.  Enfin, 95% des interviewés estiment que les gestes individuels (préférer la douche au bain, éteindre les lumières inutiles, modérer sa vitesse de conduite…) contribuent à lutter contre l'effet de serre. Les Français sont donc concernés ! Mais le recours à ces énergies plus propres reste anecdotique. Est-ce un problème de coût, d'impulsion politique ?

Quelle politique française ?

Toujours selon l'ADEME en janvier 2019, "La France et l’UE ont lancé une politique ambitieuse dans le domaine des énergies renouvelables : elles devraient représenter en 2020 au moins 20 % de la consommation d’énergie finale dans l’UE, soit un objectif de 23 % pour la France."

La France vise un objectif de 32% d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie à l’horizon 2030 contre 27% pour l’Union Européenne.

Découvrez l'évolution de la vision du développement durable en vidéo dans cette playlist non exhaustive.

A voir aussi

D'autres vidéos sur le développement durable

Rédaction Ina le 17/12/2006 à 00:00. Dernière mise à jour le 23/05/2019 à 10:36.
Environnement et urbanisme