Depuis l'avènement de l'informatique, les artistes associent les machines à leurs créations mais l'Intelligence Artificielle, qui bouleverse l’existence des humains, dans le quotidien ou le travail, tend à devenir un artiste à part entière. Des robots de plus en plus performants, des Intelligences Artificielles ultra puissantes pourraient générer une nouvelle forme d'art, un univers infini de formes et de nouveaux paradigmes. De simples assistants numériques, les robots s'emparent de l'art pour créer leurs propres œuvres, autonomes et interactives.

Ina.fr vous propose de revisiter la collaboration homme-machine ou artiste-logiciel et d'assister, en images, à la naissance d'un nouvel art…

En mai 1971, un jeune programmateur présente un morceau qu'il a fait composer par un ordinateur. Il est lui-même surpris du résultat lorsque l'orchestre interprète la partition : 

"Vous savez, je ne sais pas ce que veut dire le mot inspiration. Les musiciens l'emploient mais j'ignore le sens qu'ils lui attribuent et je pense qu'ils l'ignorent aussi. Ce n'est pas la première fois que je fais de la musique avec un ordinateur… mais le résultat n'était pas ce que j'attendais… alors là, je pensais même obtenir une musique assez horrible à écouter…" A vous de juger !

En 1981, L'artiste peintre Vera Molnar décrit sa vision de la relation entre ordinateur et artiste. "L'attitude romantique de l'artiste, l'intuition, est en contradiction avec l'ordinateur". Elle avoue que l'un de ses rêves serait de "créer un robot qui travaillera toutes les nuits comme un esclave" en exécutant ce qu'elle veut. Il aurait en mémoire toutes ses créations passées et ferait une liste des choses qu'elle n'a pas faites.

Dans son atelier High Tech, elle explique ensuite l'apport de l'ordinateur dans le travail des artistes qui permet notamment la recherche scientifique dans l'art.

Un tableau réalisé par un ordinateur…

Les robots ont un corps qu'ils savent de mieux en mieux utiliser au profit de l'art… En 2001, Les robots musicaux de Chico MacMurtie sont à la fois amusants et effrayants. En tout cas, ils ne laissent pas indifférent !

Il est désormais possible de les voir en concert comme n'importe quel musicien humain!  En 2004, les robots s'emparent de l'Aéronef à Lille. Ils interprètent "Armageddon", une opérette, elle aussi spectaculaire.

Au théâtre aussi… Sur scène, des humains jouent avec des robots. Nous sommes en 2009 près de Lausanne. Et c'est une première mondiale. Jamais encore, on n'avait vu des robots devenir acteurs de théâtre. Et l'expérience s'est avérée assez coûteuse : 550 000 euros pour monter le spectacle...

Que pense la comédienne Laurence Iseli de ses partenaires étonnants ? "On est tous en train de retenir notre respiration parce que c'est une machine. Il y a une espèce d'appréhension de la machine. Quelque chose qu'on maîtrise et qu'on ne maîtrise pas non plus et on ne sait pas très bien ce qui va se passer… Il y a toujours ce temps suspendu, ce miracle. Ah c'est bon, il a fait son parcours". Quant au public, il est mitigé : "Il se crée quelque chose. Une humanité entre les deux".

En 2013, Scopitone, le festival des musiques et cultures électroniques à Nantes accueille une œuvre particulière. Attention l'oeuvre suivante est interdite... à plus de 21 degrés!

Au coeur de l'historique château des Ducs de Bretagne, cette sphère est hyper sensible à la chaleur et à l'effleurement des mains des visiteurs. Un concentré de technologie qui mime l'organique.

  

Toujours en 2013, dans le cadre de la Biennale d'art contemporain, une trentaine de robots ont investi la Sucrière pour illustrer la façon dont la révolution robotique, ou "Robolution", va non seulement transformer notre quotidien mais aussi celui des expositions, la lecture des oeuvres et la démarche des artistes. La visite était assurée par le robot VGO activé à distance via internet.

2014. Un nouveau pas artistique est franchi par la robotique : la sculpture sur pierre. Ce robot sculpteur de pierre à la technologie 3D peut réaliser en une semaine, une statue qu'un homme réaliserait en un mois ! En matière de statues, de moulures ou d'ornements, il permet de diviser par six le temps de travail et de répliquer en série les plus grands chefs d'oeuvre. A l'origine de cette trouvaille se trouve une entreprise française, l'atelier Lithias, à Cluny (Saône-et-Loire). On voit ainsi comment le robot est utilisé pour répliquer ou réparer certaines statues de la célèbre Abbaye de Cluny.

Un jour peut-être mettra-t-on sous les verrous un faussaire robotique… En attendant, une copie en 3D de la statue la Vierge à l'enfant de Poligny a été réalisée dans le Maine et Loire en 2017. Le projet est unique. Faute de financement suffisant pour payer un sculpteur, l'association de sauvegarde du patrimoine polinois a demandé à l'entreprise Lithias, spécialisée dans la reproduction en 3D, d'aller numériser la statue originale à New York. Piloté par des programmes informatiques, le robot peut travailler en continu de plus en plus précisément…

Pour aller plus loin

Des robots, des machines et des hommes : la cybernétique (vidéo intégrale, 1971)

La recherche musicale à l'IRCAM en 1985. 

Petite visite des innovations présentées au festival des arts numériques de Nantes "Scopitone".  (vidéo, 2014)

Rédaction Ina le 03/04/2018 à 10:11. Dernière mise à jour le 22/10/2018 à 11:35.
Art et Culture Nouvelles technologies