Les premières dames

Redaction Ina le 17/04/2008 à 00:00. Dernière mise à jour le 21/08/2017 à 15:26.
Présidents et chefs d'états
Les premières dames

First lady aux États-Unis, première dame en France, les épouses de président occupent une place importante dans la vie politique, même si leur rôle n'est pas vraiment défini. A la demande d'Emmanuel Macron, une charte est parue ce matin sur le rôle et le budget alloué à cette fonction particulière. Retour sur plusieurs styles selon les époques.

Un rôle jamais défini

Sans elles, leurs conjoints ne seraient peut-être pas arrivés au pouvoir, ou n'y seraient pas restés. Elles ont bien souvent voué leur vie à leur époux et contribué à la réussite de leur carrière politique. Ce sont les premières dames, un terme traduit directement de l'anglais « first lady », qui désigne l'épouse du président américain. Aux Etats-Unis comme dans les démocraties européennes, la première dame n'a pas de statut légal.

Les premières dames de France

Son rôle et sa fonction ne sont inscrits ni dans la constitution ni dans aucun texte officiel. Bien souvent, il s'agit de tenir un rôle lors de cérémonies officielles ou protocolaires. C'est donc à chacune d'entre elles qu'il revient, selon sa personnalité, les circonstances ou sa volonté, d'inventer sa propre façon d'être une première dame.

Bernadette Chirac danse avec Jiang Zemin, 1999

De simple maîtresse de maison à conseillère avisée, cette fonction n'a pourtant cessé d'évoluer et de prendre de l'importance. Aujourd'hui, on est bien loin du rôle de « potiche » de cérémonie. D'autant plus à l'heure où certaines femmes elles-mêmes accèdent aux plus hautes fonctions, bouleversant ainsi l'image classique d'une épouse accompagnant son dirigeant de mari.

Les premières dames au G7

First ladies : d'Eleanor Roosevelt à Michelle Obama

Aux Etats-Unis, c'est à Eleanor Roosevelt que l'on doit d'avoir rendu actif le rôle de first lady. Après avoir mené activement campagne auprès de son mari et contribué à sa victoire, elle restera pour lui une conseillère avisée et fidèle. Elle participa notamment à l'élaboration et à la promotion du New Deal et pesa également dans la décision que prit Franklin Roosevelt d'engager les Etats-Unis dans la première guerre mondiale. Après le conflit et la disparition de son époux, elle préside sous Truman la commission chargée de rédiger la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme ratifiée par l'ONU en 1948. Elle fut une des premières femmes américaines à s'investir de la sorte en politique et à jouir d'une telle popularité, au point que Harry Truman la surnommait la « première dame du monde ».

Eleanor Roosevelt, first lady in the world, 1962

Qu'elles choisissent de rester plus ou moins dans l'ombre, le rôle des first ladies américaines ne cessera de s'étoffer, et certaines auront une réelle influence sur la politique menée par leurs conjoints. La plus célèbre des first ladies reste Jackie Kennedy. L'impression de réussite, de modernité et d'élégance que la famille Kennedy et notamment Jackie ont donnée à travers les médias à commencer par la télévision a ainsi largement contribué à la victoire de Kennedy. En février 1962, une émission au cours de laquelle le couple faisait visiter la Maison Blanche battit des records d'audience.

5 colonnes à la Une, madame Kennedy, 1960

Hillary Clinton, first lady de 1993 à 2001 donna, elle, une dimension politique à son rôle. Pour la première fois, l'épouse du Président a son propre bureau à la Maison Blanche. Au cours des deux mandats de son mari, Hillary Clinton travaille sur d'importants dossiers comme la réforme du système de santé américain et l'élargissement de la couverture sociale. Sa carrière politique ne s'arrêtera pas après le dernier mandat de son mari puisqu'en janvier dernier, elle a annoncé sa candidature à l'investiture démocrate pour la candidature présidentielle.

Hillary Clinton, 1992

Depuis son arrivée à la Maison Blanche Michelle Obama joue la carte de la séduction chic et du naturel, c'est l'atout charme de son époux présidentiel. Certains vont même jusqu'à dire qu'elle a grandement contribué à la réélection de son mari.

Michelle Obama révolutionne la Maison Blanche, 2009

De tante Yvonne à Bernadette Chirac

Sous la Cinquième République, le rôle de la première dame de France a lui aussi beaucoup évolué.

Yvonne De Gaulle baptise la Caravelle, 1959

Avec les de Gaulle, on est bien loin de la mise en scène du couple présidentiel… Discrète et en retrait, goûtant peu les cérémonies officielles, Yvonne de Gaulle n'en accomplissait pas moins ce qu'elle considérait comme son devoir : être aux côtés du général sans jamais se mettre en avant. Sa discrétion sur la scène publique lui valut notamment d'être baptisée « Tante Yvonne » par les journaux.

"Tante Yvonne" par son inventeur, 1990

Par la suite, Claude Pompidou et Anne-Aymone Giscard d'Estaing seront des premières dames relativement discrètes. Plus intéressée par l'art contemporain qu'à la politique qui "la barbe", Claude Pompidou s'attache à faire partager sa passion à son époux, ce qui aboutira notamment à la fondation du centre Pompidou.

Madame Pompidou à l'Elysée, 1969

Dans un souci de modernité, Valéry Giscard d'Estaing, élu en 1974, tentera, sans grand succès, de mettre sa femme en avant. Mais Anne-Aymone Giscard d'Estaing est timide et mal à l'aise avec les caméras.

Voeux du couple Giscard d'Estaing, 1975

La première dame « révolutionnaire » en France sera Danielle Mitterrand. Dès le début de la présidence de son mari, elle refuse l'idée d'être une première dame « d'apparat » et se soucie peu du protocole.

Danielle Mitterrand, une femme libre, 1988

Assumant ses fonctions, elle veille fermement à conserver sa liberté de parole et d'action. Une attitude qui ne sera pas sans lui causer quelques difficultés. Si son engagement tiers-mondiste très marqué la met parfois en porte à faux avec l'action politique et diplomatique de son mari, les associations hésitent également à faire appel à elle de peur que sa position de femme de Président n'entame sa liberté de parole et d'action.

Les temps forts de son engagement, 1997

Bernadette Chirac fut quant à elle la première à briguer pour elle-même des mandats électoraux. Engagée en politique au départ pour aider son mari, elle y prend vite goût. Conseillère municipale de Sarran, en Corrèze en 1971, elle deviendra conseillère générale de cette région en 1979.

Election de Bernadette Chirac

S'estimant indispensable à son mari, elle est sans conteste indissociable de sa réussite politique. Fine analyste politique, elle aurait prédit, bien avant tout le monde, la présence du Front National au second tour de la présidentielle en 2002. C'est aussi à elle que l'on doit le suspense entretenu pendant un temps sur une éventuelle candidature de Jacques Chirac à l'élection présidentielle de 2007.

Portrait : Bernadette Chirac, 1995

De la famille recomposée au concubinage

Le ton change avec l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Elysée. La passation de pouvoir se déroule avec Cécilia Sarkozy son épouse depuis 11 ans et leur famille recomposée.

Une famille recomposée, 2007

Cécilia Sarkozy semble prendre son rôle avec sérieux. Elle prend une part active dans les négociations menées pour libérer les otages bulgares.

Voyage surprise de Cécilia en Libye, 2007

Quelques mois plus tard, les rumeurs de séparation se confirment. La première dame quitte son président de mari. C'est la première fois qu'un Président de la République divorce en plein mandat.

Séparation du couple Sarkozy, 2008

L'année suivante, la vie privée de Nicolas Sarkozy défraye à nouveau la chronique. Il annonce officiellement son remariage avec l'ex top model italien Carla Bruni. Au cours d'une conférence de presse il déclare "Avec Carla c'est du sérieux".

Avec Carla c'est du sérieux !, janvier 2008

L'artiste, chanteuse à ses heures, endosse le tailleur de première dame avec classe et charme.

Carla Bruni-Sakozy, 2008

Le jeune couple bouscule une fois de plus le protocole en donnant naissance à une petite Giulia en octobre 2011.

En 2012, le locataire de l'Elysée change. François Hollande prend à son tour la tête de la France. Côté couple, il bouscule lui aussi les habitudes protocolaires : il est divorcé et vit en union libre. La première dame n'est pas mariée mais la compagne du leader. Valérie Trierweiler doit réinventer sa fonction.

Portrait de Valérie Trierweiler

On lui confie une équipe et un bureau à l'Elysée. Elle souhaite continuer à travailler dans le journalisme pour se consacrer à son nouveau rôle non sans quelques couacs, à l'image de ce tweet de soutien à Olivier Falorni (opposé à Ségolène Royal en Charente-Maritime), en total désaccord avec la décision présidentielle.

Le tweet de Valérie Trierweiler, juin 2012

En janvier 2014, l'annonce de la liaison supposée entre François Hollande et l'actrice Julie Gayet vient rebattre les cartes. Le rôle de première dame n'est vraiment pas de tout repos!