Les JO dans le rétro

Les JO dans le rétro

Les Jeux au fil du temps

1948, le roi Georges VI déclarait les Jeux Olympiques de Londres ouverts et l’athlète britannique John Mark allumait la flamme dans le stade comble de Wembley. Si certains rituels restent immuables, chaque édition apporte son lot de nouveautés. C’est le cas notamment pour les moyens techniques mis en œuvre pour couvrir l’événement. Ainsi, le mondovision va permettre une diffusion en direct à travers le monde. L’arrivée de la couleur, l’utilisation des ralentis, ou l’apparition de caméras sous-marines augmentent les possibilités de retransmission et changent la perception des téléspectateurs.

Le sport aussi bénéficie du progrès technique. Par exemple en 1952, le fleuret électrique est introduit en escrime. En 1964, les Jeux Olympiques de Tokyo sont les derniers à utiliser la piste cendrée et sont aussi les derniers à recourir au chronométrage manuel.

Les JO sont synonymes de fête pour les pays organisateurs. A travers les jeux, c’est tout un pays qui vibre; et pour les villes hôtes, c’est un moyen de communication extraordinaire.

D’un point de vue sportif, l’or olympique représente le rêve de tout athlète. Tous entrainent sans relâche dans l’espoir de remporter la précieuse médaille. Plus loin, plus haut, plus fort !
Retour sur 64 années d’olympisme avec ina.fr. 

Pour aller plus loin

Plus de JO avec Ina.fr :

JO 2016 : les espoirs de médailles
Pierre de Coubertin et l'olympisme

Rédaction Ina le 19/07/2012 à 11:03. Dernière mise à jour le 08/08/2016 à 16:20.
Autres sports