Olivier Messiaen

Nos trois Greniers parcourent quarante années d’entretiens, depuis les formes très écrites de la radio dans les années 1950 jusqu’aux rires des dernières émissions réalisées pour un « Bon Plaisir » sur France Culture, révélant un Messiaen fort espiègle. Sonder la mémoire du musicien, élargir la vision de l’homme, de l’artiste… La première émission s’arrête sur l’enfance, peuplée de personnages fabuleux, au travers des livres que son père, traducteur de Shakespeare, et sa mère, la poétesse Cécile Sauvage, offrent au jeune enfant choyé. Messiaen parle de son attirance pour le théâtre et l'opéra, de la découverte et la pratique de l'orgue à l'église de la Sainte-Trinité. Il parle aussi de ses premières compositions, de l’écriture pianistique, des recherches rythmiques, de la composition du Quatuor pour la fin du temps en captivité, en 1940. La deuxième émission s’attarde sur les deux passions intenses du musicien, la foi en Dieu et dans ses oeuvres, dans la nature. Messiaen fut un homme du religieux, non pas dans la production d’oeuvres sacrées, au sens classique du terme, mais d’inspiration liturgique. Enfin, dans la troisième émission Pierre Boulez et Michael Lévinas évoquent l’homme Messiaen et le pédagogue, dont l’enseignement fut, pour de nombreux musiciens, un stimulant extraordinaire, un puissant éveil à la conscience musicale.

Iannis Xenakis

Xenakis est né grec, dans un port roumain au bord du Danube, en 1922. La guerre puis la dictature l’ont fait fuir d’Athènes, où il était jeune étudiant à Polytechnique. De son pays, de son passé et de ses légendes, Xenakis a construit un univers musical tout à fait en marge des courants esthétiques de son époque, où les sciences les plus pures parlent de l’homme à son destin. Tout comme Messiaen, Xenakis, décédé en 2001 à l’âge de 78 ans, s’est beaucoup exprimé sur les ondes, au micro de Cécile Gilly, Jeanne-Martine Vacher, Jacques Bourgeois, Jean-Michel Damian, Brigitte Massin, François Delalande ou encore Georges Léon. À leurs micros, il parle du passage des mathématiques à la musique, de son besoin de distanciation critique pour la création ; il évoque sa rencontre avec Le Corbusier et Olivier Messiaen, ses recherches et expérimentations sonores, sa recherche de la vérité, le travail de ses interprètes pour aborder ses compositions, son intérêt constant pour les recherches en physique influençant ses compositions. Vu par France Musique

Rédaction Ina le 27/05/2010 à 17:12. Dernière mise à jour le 10/04/2015 à 18:15.
Musique