Le septennat de Valéry Giscard d'Estaing

Redaction Ina le 15/05/2014 à 17:59. Dernière mise à jour le 11/04/2015 à 12:16.
Politique
Valéry Giscard d’Estaing

19 mai 1974. Valéry Giscard d’Estaing devient le plus jeune président de la Ve République. Durant son septennat "VGE" propose de développer une "société libérale avancée" et de dépoussiérer les institutions mais la crise économique le rattrape… Retour sur les grandes dates de son mandat présidentiel.

vgeseptennat620

Remontée des Champs Elysées à pied, 27 mai 1974

De l'ENA au gouvernement

Valéry Giscard d’Estaing naît en 1926 à Coblence en Allemagne. Au cours de ces études, il fréquente deux grandes écoles : Polytechnique et l'École nationale d'administration (1949-1951)

Portrait de VGE, 1970

Le jeune homme se lance dans une carrière de haut-fonctionnaire d'État et devient inspecteur des finances. Il entre en politique au milieu des années 50 dans le sillage d'Edgar Faure (président du conseil en 1954). L'énarque devient alors le directeur adjoint de son cabinet. En 1956, il est élu député du Puy-de-Dôme.

Devenu homme politique, il occupe plusieurs postes gouvernementaux : secrétaire d'État aux Finances (1959), puis ministre des Finances et des Affaires économiques du général de Gaulle (1962 à 1966).

Politique économique, 1961

En 1968, Valéry Giscard d’Estaing s'émancipe de la tutelle gaullienne en créant le parti des Républicains indépendants

Mouvement des "Républicains indépendants", 1968

Après avoir soutenu Georges Pompidou lors de la campagne présidentielle de 1969, il retrouve son fauteuil de ministre de l'Économie et des Finances sous sa présidence (1969 à 1974).

Annonce du soutien à Pompidou, 1969

1974 : une campagne décomplexée

A la tête de son mouvement, il se présente à l'élection présidentielle de 1974. Les Français découvrent l'image d'un homme dynamique et ouvert.

Portrait du candidat VGE, 1974

Son crédo: guider la France vers une grande transformation sociétale. Il donne ici sa conception de l'avenir du pays : cohésion, égalité et ouverture sociale

Campagne présidentielle, 1974

Le candidat s'adresse directement aux Français et déclare sa flamme à la nation. Il souhaite "regarder la France au fond des yeux".

Regarder la France au fonds des yeux, avril 1974

La campagne exalte son talent de tribun. A la fin d'un meeting, il entraîne même la foule à chanter avec lui "Le chant du départ".

Meeting, 6 mai 1974

Au second tour, il devance le gaulliste Jacques Chaban-Delmas et se retrouve face au candidat de l'Union de la gauche, François Mitterrand. Leur débat entre dans les annales : sa posture "sociale" ne manque pas d'énerver son opposant. Pourtant, VGE ne se départit pas de son image d'homme de cœur et lance au socialiste cette phrase devenue culte "Vous n'avez pas le monopole du cœur".

Le monopole du cœur, 1974

Son discours innovant et optimiste séduit les Français qui l'élisent à la tête de la République française, avec 50,81 % des suffrages. Le soir de l'élection, il leur adresse une promesse "Vous voulez le changement, vous ne serez pas déçu, une ère nouvelle arrive".

Election de VGE, 19 mai 1974

Son premier acte symbolique est de bousculer le protocole en remontant l'avenue des Champs Élysées à pied.

Investiture, 27 mai 1974

Des réformes sociétales

Durant son septennat - du 19 mai 1974 au 21 mai 1981 - Valéry Giscard d'Estaing lance plusieurs réformes de modernisation de sa "société libérale avancée". L'une de ses premières mesures est l'abaissement de la majorité civile et électorale à 18 ans. De nouveaux droits, mais également de nouveaux devoirs, échoient désormais aux jeunes Français.

Réactions de jeunes, juillet 1974

L'émancipation des femmes fait partie de son projet sociétal. En juillet 1974, il crée un secrétariat d'État à la condition féminine à la tête duquel il place la journaliste Françoise Giroud.

Françoise Giroud, 16 juillet 1974

En novembre suivant, la France suit le débat sur la dépénalisation de l'avortement. Le 13 novembre 1974, le Conseil des ministres adopte le projet de loi relatif à l'interruption volontaire de grossesse présenté par la ministre de la Santé, Simone Veil

Adoption du projet de loi sur l'avortement, novembre 1974

La loi est ratifiée le 26 novembre suivant à l'Assemblée nationale.

Ratification de la loi sur l'avortement

Parmi les autres mesures impulsées par le jeune président se trouve également l'autorisation du divorce par consentement mutuel.

Nouvelle loi sur le divorce, mars 1975

Remue ménage politico-médiatique

Dans sa volonté d'ajouter de la transparence démocratique dans la vie politique, VGE réforme les institutions. Il renforce le pouvoir du Conseil constitutionnel.

Réforme constitutionnelle : congrès de Versailles, octobre 1974

Il décide aussi de réorganiser l'audiovisuel afin d'assouplir la mainmise de l'État sur les médias et supprime l'ORTF.

Bilan au bout d'un an, 1975

Néanmoins, ses projets se heurtent rapidement aux difficultés économiques, prémices de la fin des Trente Glorieuses. Le gouvernement affronte  la première forte hausse du chômage.

Protection contre le chômage, 1974

Une grave crise gouvernementale éclate en 1976. Jacques Chirac alors Premier ministre démissionne avec fracas après s'être plaint publiquement "de ne pas avoir les moyens nécessaires pour gouverner efficacement".

Démission de Chirac,  août 1976

Le soir même, le Président s'adresse aux Français pour expliquer les motifs de ce changement  brutal de gouvernement.

Explications de VGE, 25 août 1976

Raymond Barre est nommé au poste de Premier ministre pour mener une politique de rigueur, bien qu'en septembre 76, il ironise sur sa position. "Si je suis Zorro? ... Peut-être suis-je plutôt Bernardo."

Raymond Barre, septembre 1976

Politique internationale

Dès 1975, Valéry Giscard d’Estaing affiche sa volonté de renforcer la construction européenne, notamment aux côtés du chancelier allemand Helmut Schmidt

Dossier Europe, 1975

Sa politique internationale est particulièrement marquée par l'opération militaire française au Zaïre, d'avril 77. Il explique ainsi sa décision d'intervenir sur place. "...Par sécurité je ne veux pas que des pays africains amis de la France se sentent abandonnés…"

Intervention au Zaïre, avril 1977

  

Le bilan du septennat

Finalement, les principales réformes du septennat de Giscard d'Estaing concernent essentiellement  les questions de société abordées dès la première année du mandat.

13 phrases clé de VGE, 1975

La transformation souhaitée par le chef de l'état s'est heurtée à la crise économique provoquée par le premier choc pétrolier et les efforts pour la juguler sont restés peu efficaces. Ce bilan mitigé a sans doute handicapé le candidat dans sa course pour un deuxième mandat présidentiel. 

Rétro septennat, 1981

Le 19 mai 1981, alors que François Mitterrand vient d'être élu Président de la République, Valéry Giscard d’Estaing s'adresse aux Français pour la dernière fois avant de quitter ses fonctions. Il termine son intervention par un très solennel "au revoir".

"Au revoir" le 19 mai 1981

vgd31