Chaque mois, des compétitions d'E-sport se déroulent partout dans le monde. Presque de quoi faire oublier un temps, pas si lointain, où les jeux vidéo étaient source de craintes. Trente-huit ans plus tard, Tarik Khaldi de l’Ina a retrouvé Richard Kieffer, un Strasbourgeois, devenu vice-champion du monde de Pacman en 1982. Rencontre.

L’e-sport ou le jeu vidéo au niveau professionnel est suivi par des millions de fans, au même titre que les sports collectifs. Ce n'était pas le cas en 1982 lorsque Richard Kieffer, un Strasbourgeois, est devenu vice-champion de Pacman. Il commente cette vidéo et revient sur son exploit de 1982. 

"On a joué et il s’est avéré que j’ai gagné, c’est tout…" déclare-t-il amusé.

Le jour où Gérard Kieffer est devenu champion de Pacman… En 1982, France 3 Alsace se rend chez ce médecin après sa participation aux mondiaux de Pacman.

"Vous avez gagné le championnat de France, vous vous êtes présenté au championnat du monde, vous avez terminé deuxième… vous ne faites plus que ça ?" lui demande le journaliste. "Quand même pas…" répond le champion tout sourire.

Pour Gérard Kieffer, tout commence un peu par hasard. Il est repéré lors d’un concours à la foire de Strasbourg. Il se souvient : "Je suis allé à la foire et quand ils ont vu mon score, ils ont appelé Paris et ils m’ont fait participer."

Une bonne idée puisque Gérard Kieffer termine premier en France et se qualifie pour les mondiaux ! 

A l'époque, il décrit ainsi sa stratégie : "Pour gagner, ça nécessite une certaine intelligence. Il faut trouver le truc, il faut trouver la combine de l’ordinateur, la combine du programme."

Sans entraînement particulier, il termine second au championnat du monde alors que confie-t-il rigolard : "L’Allemand qui a gagné était dans un club, nous on n'était pas entraîné, on n'était pas un club, on était des amateurs."

Une grande différence avec l'E-sport pratiqué en compétition : "Maintenant, les jeux sont plus sophistiqués, les gars sont entraînés, ils sont jeunes, ils sont plus vifs".

A l’époque, les jeux vidéo n’ont pas atteint le niveau professionnel d'aujourd'hui. Dans les années 1980, ils sont une source de défiance de la part des médias en France. Des médias qui les évoquent avec un rien de condescendance. A l'image de cette question posée à  Gérard Kieffer après son exploit.

"Vous êtes jeune, vous êtes bien portant, vous avez l’air sensé, relativement intelligent et vous jouez à des jeux que d’aucuns qualifieront de stupides... Pourquoi ?" Sa réponse est d'une simplicité évidente :  "Pourquoi ? Pour me divertir hein…"

Aujourd'hui précise-t-il : "Quand on ne fait pas ça à longueur de journée, ce n’est pas abrutissant."

En 2020, Gérard Kieffer a 75 ans, il est retraité… l'occasion de reprendre les jeux vidéo ?

"J'ai pas le temps, étant maintenant à la retraite, j’ai autre chose à faire !"

pacman620

Entretien réalisé par Tarik Khaldi en janvier 2020

Rédaction Ina le 21/02/2020 à 10:06. Dernière mise à jour le 26/02/2020 à 08:23.
Economie et société Nouvelles technologies