Si en France, le 2 février est consacré à la dégustation de crêpes, aux USA, c'est le jour de la marmotte. Une fête populaire durant laquelle la marmotte se transforme en "prophète du temps" pour prédire la fin - proche ou non - de l'hiver… retour sur cette tradition américaine aux origines européennes.

Aux États-Unis, le "Groundhog day" ou jour de la marmotte en français, est une tradition mais aussi un véritable marronnier journalistique. Elle a d'ailleurs inspiré une comédie célèbre sortie en 1993 sur les écrans, Un jour sans fin, dans laquelle un journaliste (Bill Murray) était envoyé dans la ville de Punxsutawney en Pennsylvanie pour couvrir cet événement et allait se retrouver coincé dans une boucle temporelle et revivre la même journée à l'infini.

"Elle pointe son nez puis passe sa large tête plate aux larges moustaches. Aussitôt, le comité salut celle qui annonce que bientôt glace et neige vont disparaître..."

Cette fête marque la fin de l'hiver et se répète selon un rituel identique chaque année. Les participants se rendent en cortège près du terrier d'une marmotte et attendent patiemment qu'elle pointe le bout de son nez. "La légende raconte que lorsque la marmotte sort, si elle est effrayée par son ombre, elle retournera dans son terrier." Ce qui annonce généralement six semaines d’hiver supplémentaire. "Au contraire un temps nuageux l'incite à rester dehors. Ceci veut dire que le beau temps est désormais arrivé."

Une tradition européenne !

Mais le plus étonnant, c'est que cette tradition est née en Europe, importée par les colons qui observaient depuis longtemps la sortie d'hibernation de certains animaux, comme l’ours, le loup ou la loutre, pour annoncer l'arrivée du printemps.

La télé "gaga" des marmottes

En tout cas, les tribulations de la marmotte ne laissent pas les journaux télévisés français indifférents.

En 1976, Roger Gicquel annonçait que les marmottes suisses, qui venaient de rejoindre leur terrier avec un mois d'avance, annonçaient peut-être un hiver proche mais aussi, d'après les spécialistes, le fait qu'elles avaient tellement mangé qu'elles pouvaient hiberner en avance.

Plus original. En octobre 1996, Doudou la marmotte, choisissait la ferme de Marcel, sur le plateau d'Albion, pour hiberner bien au chaud… sur place, elle sympathisait avec les habitants et s'engraissait tranquillement pour passer l'hiver…

En 2004, le réveil tardif des marmottes du parc du Mercantour au mois de mai enthousiasmait les enfants.        

marmotte620

Doudou la marmotte

Florence Dartois

Rédaction Ina le 31/01/2019 à 18:52. Dernière mise à jour le 20/03/2019 à 09:25.
Economie et société La vie