Le 6 octobre 2008, le CAC 40 clôturait en baisse de 9,04%, du jamais vu depuis sa création. Les bourses européennes étaient en chute libre. Une journée noire où la panique gagna toutes les bourses mondiales et qui marqua la fin de la confiance des investisseurs dans la finance. 

L'origine de ce krach mondial venait avant tout d'une crainte de la propagation de la crise financière américaine, dite des subprimes (crédits hypothécaires à risque), à l'Europe.

Sur les neuf premiers mois de l'année 2008, les principaux indices boursiers avaient perdu plus de 30 %. Après la chute spectaculaire du Dow Jones et du Nasdaq le 30 septembre, la crise s'aggrave encore début octobre, avec des chutes approchant 10 % sur de nombreux marchés mondiaux, le lundi 6 octobre...

 ... et le vendredi 10 octobre.

Enrayer la chute des cours...

Les autorités politiques et économiques réagissent rapidement avec une politique budgétaire d'aide aux banques : plan de relance, mesures de recapitalisation des banques en difficulté – et monétaire – baisse des taux d'intérêt des banques centrales, injections massives de liquidités –, dans l'attente de ces mesures, les bourses cèdent à la panique.                     

L'Etat français met en place son propre plan de sauvetage

  

Les détails du plan de soutien pour les banquiers et assureurs est présenté devant les intéressés à l'Elysée.

Reste la question que tout le monde se pose : Qui va payer ?

Malgré ces initiatives, les perspectives économiques en Europe et aux Etats-Unis, ne seraient plus jamais les mêmes. Et l'économie mettrait des années à remonter la pente.

Pour aller plus loin

La crise des subprimes (article)

Lehman Brothers : la chute était-elle prévisible ? (Module France Info)

Rédaction Ina le 04/10/2018 à 16:03. Dernière mise à jour le 04/10/2018 à 16:13.
Economie et société