Le 22 juin 1941, le Reich allemand brise son alliance de non-agression avec l'URSS, signé en mars 1939, et lance son plan d'invasion "Barberousse". Goebbels se charge de cette annonce officielle qui allait changer le cours de la Seconde Guerre mondiale.  

Ce reportage des Actualités mondiales, issu de la propagande du régime nazi, nous montre l'annonce officielle du lancement du plan Barbarossa" (Opération Barberousse, en l'honneur de l'empereur Frédéric Barberousse). C'est Joseph Goebbels, le ministre de la propagande qui délivre le message au micro de "Radio Berlin". L'événement étant filmé par des caméras pour être retransmis dans les cinémas. Le message du Führer et du parlement au gouvernement soviétique est ensuite relayé par Von Ribbentrop, le ministre des Affaires Etrangères devant la presse internationale.

Ce plan d'invasion de l'URSS est capital pour Hitler car il doit sceller la victoire ou la défaire de Allemagne nazie. En juin 1941, le Fürher est confiant car son armée est supérieure numériquement, mieux équipée et plus organisée. Il compte aussi sur l'effet de surprise du lancement des opérations sur le front de l'Est pour démobiliser l'armée soviétique affaiblie par les Grandes Purges. L'objectif des Nazis est de récupérer des territoires pour permettre l'expansion du peuple allemand. Ils espèrent parvenir à annexer une grande partie de la Biélorussie, de l'Ukraine et de la Russie. Autres objectifs : détruire l'Armée rouge et le communisme, annihiler le peuple slave, qui est considéré comme une race inférieure, et procéder à une élimination massive des Juifs de l'Est. Hitler et ses généraux sont optimistes, ils pensent que la victoire sera rapide et qu'ils ne courront pas le risque, comme Napoléon avant eux, de se faire piéger par le terrible hiver russe. Hitler est persuadé que la campagne de Russie va durer trois ou quatre mois. Mais la formalité escomptée ne va pas s'accomplir comme prévu.

La suite du reportage présenté ici est consacrée aux opérations militaires sur le front de l'Est : les combats, l'avancée des panzers et des fantassins allemands en territoire russe ainsi que les opérations aériennes de la Luftwaffe chargée de bombarder les noeuds de communication et les aérodromes. Le reportage montre évidemment l'avancée rapide des envahisseurs mais dans les faits, l'effet de surprise ne fera pas long feu. L'avancée vers Moscou va être lente, la logistique allemande s'effondrer rapidement. D'abord accueillis comme des libérateurs, les Allemands vont bientôt apparaître comme des oppresseurs. L'extermination massive des Juifs, le mauvais traitements des prisonniers de guerre (Sur 3,3 millions, 2,2 vont mourir dans les camps dans des conditions abominables) et la captation des ressources alimentaires à leur unique profit vont retourner la population affamée par leurs soins. Lorsque l'hiver arrive, l'armée allemande de retrouve prise au piège devant Moscou qui va se défendre grâce à un réveil du patriotisme.

Après une campagne de 200 jours, l'opération "Barbarossa" marque la première défaite du IIIe Reich.80 % des pertes militaires sur le théâtre européen sont dues à la bataille germano-soviétique. Quelque 34 millions de Russes et 20 millions d'Allemands se sont retrouvés sur ce front avec un bilan catastrophique de 5 millions de morts. Cette défaite va marquer le tournant de la guerre et entraîner le Reich à sa perte.

A retrouver sur Madelen, l'offre illimitée de SVOD de l'ina : 

Les grandes batailles : la bataille de Moscou. Depuis le déclenchement de l'opération "Barbarossa", la Wehrmacht progresse rapidement en Union soviétique. En octobre 1941, Hitler déclare à ses généraux son intention de raser Moscou et d’en faire un immense lac artificiel. Mais l'armée allemande se heurte à plusieurs difficultés : la résistance acharnée des Soviétiques, et un hiver très rigoureux... (1H28 — 15-03-1969 — Réal : Daniel Costelle)

Rédaction Ina le 21/06/2021 à 15:19. Dernière mise à jour le 21/06/2021 à 15:23.
Histoire et conflits