Le drame survenu à Conflans-Sainte-Honorine interroge sur l'impact religieux dans les établissements scolaires. En 2004, Jean-Pierre Obin, inspecteur national de l'Education nationale alertait déjà le gouvernement dans un rapport.

Le 21 janvier 2015, après la série d'attentats islamiques qui avait frappé la France, L'oeil du 20 heures de France 2 enquêtait sur les fractures sociales décelées chez les jeunes à l'école et, notamment à travers un rapport datant de 2004 qui pointait sur les signes et manifestations d'appartenance religieuse dans les établissements scolaires, et sur les réactions alarmantes des élèves face aux attentats du 11 septembre 2001 et de Madrid en 2004. Ce rapport rédigé par Jean-Pierre Obin, inspecteur national de l'Education nationale.

"Des élèves qui ne respectent pas la minute de silence lors de l'hommage national. De jeunes Français qui se sentent étrangers dans leur propre pays, depuis deux semaines, c'est comme si l'on découvrait le problème à l'école. Or, tout ça était déjà écrit noir sur blanc il y a dix ans" annonce d'emblée la journaliste Nassira Moaddem.

"En 2004, l'Inspection générale de l'Education nationale avait ausculté une soixantaine d'établissements situés dans des quartiers populaires et ses conclusions auraient pu être écrites la semaine dernière : "Certains élèves pourtant français, se vivent comme étrangers à la communauté nationale et se revendiquent de plus en plus souvent d'une identité musulmanes. La suite raconte ce qui s'est passé dans des collèges et lycées au moment des attentats du 11 septembre 2001 et des attentats de Madrid en 2004, précise le commentaire, avant de faire part d'un nouvel extrait du rapport : "les instants de recueillement national organisés à la suite de ces événements tragiques ont été contestés ou perturbés de l'intérieur, parfois de l'extérieur, ou bien n'ont pu avoir lieu".

Jean-Pierre Obin, l'auteur principal de ce rapport, est interrogé sur la raison pour laquelle les conclusions de ce rapport n'ont pas été publiées à l'époque. "Trop sensible", selon lui.

" "il n'est plus possible de remettre le couvercle sur la marmite comme on l'a fait en 2004". 

La journaliste pose la question : "ce rapport a-t-il été enterré? Qu'en pense celui qui était en poste à Matignon" ?

Ce Premier ministre, c'était Jean-Pierre Raffarin et ce matin-là, il était interrogé sur le sort de ce rapport sur les antennes d'Europe 1, l'ancien ministre déniait un quelconque enfouissement, "il n'a pas été enterré, mais pas du tout, pas du tout ! Il y a eu beaucoup d'initiatives qui ont été prises".

En guise de conclusion, le commentaire interroge, "visionnaire, le rapport Obin ? Sans doute, il y a dix ans, il préconisait de mieux former les enseignants à la laïcité. C'est exactement ce qu'a annoncé François Hollande cet après-midi".

Pour aller plus loin

Texte intégral du discours de François Hollande, président de la République, le 21 janvier 2015 sur le rôle de l'Education nationale dans la transmission des savoirs et des valeurs de la République.

Rédaction Ina le 19/10/2020 à 14:43. Dernière mise à jour le 20/10/2020 à 10:01.
Economie et société Politique