Etre vice-président sert-il de tremplin à l'élection suprême à la tête des Etats-Unis ? Dans l’histoire du pays, cette place de numéro 2 a souvent permis l'accession au pouvoir. Joe Biden, un ancien vice-président devenu Président des Etats-Unis. Sur le même modèle, ils sont nombreux à avoir gravi la marche. Retour sur ces hommes qui ont transformé l’essai. 

Avant d’être élu, la carrière de Joe Biden se résume à 36 ans en tant que sénateur et surtout huit ans comme vice-président de Barack Obama. A vrai dire, aux Etats-Unis, le rôle du vice-président à en croire la Constitution est assez limité. Il préside le Sénat (son seul pouvoir, c’est de trancher en cas d’égalité), ils sont parfois le représentant du président à l’étranger. Mais dans l’histoire des Etats-Unis, cette place de numéro 2 a souvent servi de tremplin. Poste qui peut s’avérer stratégique, question d’héritage politique et d’expérience. 

Depuis la Seconde Guerre mondiale, on l’a vu avec Harry Truman. A la mort de Franklin Roosevelt en 1945, il a pris la présidence du pays… Bien que tenu éloigné des affaires par son prédécesseur, il s’est présenté à l’élection de 1948… et a raflé le siège de la Maison blanche. 

"Pour quatre ans encore, Harry Truman sera l’hôte de la Maison blanche. Successeur moral de Roosevelt, il s’efforcera de consolider les droits des travailleurs américains et veillera de tout son pouvoir au maintien de la paix dans le monde". 

Le scénario se répète quinze ans plus tard, avec Lyndon B Johnson. En tant que vice-président, il a remplacé John Kennedy après son assassinat en 1963, comme le veut la Constitution. Porté par l’héritage et la popularité de son défunt prédécesseur, Johnson s’est imposé à l’élection en 1964. 

"Lyndon Johnson a célébré son élection en famille, ou presque. Mieux qu’un succès, c’est un triomphe. Jamais président des Etats-Unis n’avait été élu avec une telle majorité". 

Franc succès aussi pour George Bush père. Il est élu président en 1989, immédiatement après ses deux mandats de vice-président sous Ronald Reagan. Déjà à ce poste, dès ses débuts, en 1981, il était décrit comme homme fort par les journalistes, saisi de grands dossiers, collaborateur étroit du président, chose rare pour cette fonction de numéro 2. 

"Si vous demandez à un Américain le nom du vice-président des Etats-Unis, il vous dira d’emblée George Bush. Dans le passé, la même question n’apportait pas forcément une réponse".  Le commentaire précise "En avril, 69 % des Américains estiment que George Bush fait du bon travail"

D’autres s’y sont brûlés les ailes. C’est le cas d’Al Gore, vice-président de Bill Clinton… 

Et malgré tout candidat malheureux à la présidentielle de 2000. Depuis la Seconde Guerre mondiale, au total, sur les 13 présidents élus à la tête des Etats-Unis, ils sont 5 à être d’abord passés par la case de la vice-présidence.

Tarik Khaldi

Rédaction Ina le 06/11/2020 à 10:56. Dernière mise à jour le 07/11/2020 à 19:06.
Politique internationale