Du blanc au noir

Froufrous colorés, taffetas froissé, velours brodé : « ce n'est pas une rétrospective mais mon regard sur les collections des costumes et de mode du musée de la Mode et du Textile, parmi lesquelles j'ai choisi les pièces (…) qui racontent le mieux l'histoire de la mode. »
Génie de la couleur et des motifs, amoureux de la matière, Christian Lacroix s'expose et expose jusqu'au 20 avril au musée des Arts décoratifs de Paris. L'occasion pour le visiteur de découvrir des robes par dizaines, toutes merveilleuses et toutes trésors de couture.
A travers ces pièces, qui vont du XVIIIe siècle à nos jours, on découvre l'univers de Lacroix, ses goûts, ses inspirations. Chaque vitrine est nommée sous un thème (« le blanc », « la couleur », « les pois », « les carreaux », « les fleurs », etc.) et ponctuée de créations du célèbre couturier devenu scénographe le temps d'une exposition.

En passant par la couleur…

Comment définir le style Lacroix alors ? Des couleurs déjà. Introduction de l'exposition, le blanc est introuvable dans la suite de la visite. « De toutes les couleurs, le blanc est celle qui m'est le plus étrangère » avoue le créateur.
Pourtant, il confie sa surprise quant à sa désignation systématique de « couturier de la couleur » : « le rouge dont j'aime abuser est surtout celui de ma mère. Elle avait pour habitude m'habiller de rouge ou avec une touche de rouge qui met de bonne humeur. » Bonne humeur aussi comme ses motifs excentriques : pois, rayures, patchwork… Christian Lacroix, c'est la fantaisie avant tout.
Même si l'exposition se conclut sur une double vitrine de noir intense, on retient surtout le mélange des genres. Comme en témoignent les robes de mariées façon Lacroix : fils d'or, superposition des matières et des influences. Chaque modèle est un résumé de Lacroix.
Sans oublier non plus le croisement des époques. Christian Lacroix ose la cohabitation entre une capote fin XIXe siècle portée avec un court jupon organdi de sa collection printemps/été 2003.

…et les souvenirs

Plus qu'un enseignement de la couture façon Lacroix, cette exposition est aussi une occasion de partager un peu de l'intimité du maître. En effet, la visite est jalonnée d'anecdotes sur son enfance ou ses diverses expériences. Par exemple, le visiteur sera touché par l'évocation du grand-père disparu ou de cet enfant qui intervertissait les bouchons de ses feutres pour créer une « mosaïque de couleurs ».
Christian Lacroix, c'est donc parfois la recherche d'une certaine simplicité : la richesse de souvenirs et de temps passés. En choisissant ces 400 modèles intemporels, il s'offre un rêve de jeunesse : devenir le conservateur de musée qu'il n'a jamais été.

Rédaction Ina le 10/11/2007 à 00:00. Dernière mise à jour le 10/04/2015 à 14:44.
Mode et design