L'indépendance de l'Inde

Redaction Ina le 12/08/2007 à 00:00. Dernière mise à jour le 14/08/2017 à 11:28.
Histoire et conflits Grandes dates
l'indépendance de l'inde

Dans la nuit du 14 au 15 août 1947, la Grande-Bretagne accordait l'indépendance à l'Inde donnant ainsi naissance à deux nouveaux États, l'Inde et le Pakistan. Retour sur cette date historique.

nerhugandhi
carte312

Partition de l'Inde en 1947

Le « Raj », fleuron de l'Empire britannique

Proclamée le 15 août 1947, l'indépendance met fin à la domination du sous-continent indien par les britanniques qui durait depuis la fin du XVIIIe.

Discours de Nehru (en anglais, sans traduction, 14 août 1947, audio)

En deux siècles, depuis la fondation des premiers comptoirs par la compagnie anglaise des Indes Orientales, la Grande Bretagne n'a eu de cesse d'étendre son influence faisant de ce que l'on appelait le « Raj », un des plus beaux fleurons de son empire colonial. Un empire sur lequel disait-on, le soleil ne se couchait jamais. En 1857, la révolte des Cipayes, du nom des soldats indiens servant dans l'armée de la Compagnie anglaise des Indes Orientales avait conduit l'Angleterre à liquider celle-ci et à transférer le pouvoir politique directement à la couronne. 
Dès la fin du XIXe, deux évolutions majeures préparent le terrain de l'indépendance : cédant une partie du pouvoir éxécutif aux Indiens par l'intermédiaire, notamment, du parti politique du Congrès, les Britanniques leur permettent en outre d'accéder à certains postes importants jusque-là réservés aux administrateurs coloniaux.

Le chemin de l'indépendance

Au début du XXe siècle, les vélléités d'autonomie se font plus pressantes. Alors que le Congrès indien réclamait une véritable indépendance, d'autres appellent à la conquérir par tous les moyens, y compris par la violence. 
Si l'Angleterre, qui prépare alors l'indépendance du Canada et de l'Australie, n'est pas totalement hostile à cette idée, la Première guerre mondiale y met un coup d'arrêt. 
C'est à cette époque que fait irruption sur la scène politique indienne le Mahatma Gandhi, figure de proue de la lutte pour l'indépendance. 
De retour d'Afrique du Sud en 1915, ce dernier met en place le mouvement de désobéissance civile destiné à lutter contre le colonisateur par le biais d'actions de résistance non-violentes.

« Quit India ! »

C'est la Seconde Guerre mondiale qui porte un coup fatal à la domination britannique en Inde. Emmené par le mahatma et son leader, Jawaharlal Nehru, le parti du Congrès se radicalise en lançant, le 8 août 1942, le mouvement « Quit India », exigeant des Britanniques la remise du gouvernement aux Indiens. Une initiative qui servira de prétexte aux autorités pour faire incarcérer, pendant toute la durée de la guerre, Gandhi et Nerhu. En 1944, victorieuse mais affaiblie par la guerre, la Grande-Bretagne n'a plus les moyens de se maintenir en Inde et de faire face à la révolte.

Une Inde « divisée ou détruite »

Les Indiens étant plus nombreux à occuper les postes administratifs concédés par le gouvernement britannique, la minorité musulmane se radicalise elle aussi, prenant conscience qu'une Inde indépendante serait sans aucun doute hindoue. Le parti de la Ligue musulmane, dirigé par Mohamed Ali Jinnah revendique alors la partition de l'Inde et la création d'un Etat musulman indépendant, le Pakistan.
Fortement influencé par Gandhi qui ne veut en aucun cas se résoudre à ce qu'il appelle la « vivissection » de l'Inde, le Congrès s'oppose à cette solution. Alors que Jinnah déclare de son côté « j'obtiendrais une Inde divisée ou détruite », chaque jour qui passe fait craindre à juste titre aux Britanniques l'émergence d'un conflit communautaire et religieux.

La conférence de Shimla aux Indes, 14 juillet 1946

Lancée à l'appel de la Ligue musulmane, la journée d'Action directe du 16 août 1946 cause des massacres dans tout le pays, faisant près de 10 000 victimes dans la région de Calcutta.

Visite de Gandhi dans le Bengale, 20 janvier 1947

Le 20 février 1947, le premier ministre britannique Clement Attlee fixe juin 1948 comme date limite de transfert des pouvoirs et confie à Lord Mountbatten, nommé nouveau vice-roi des Indes, la charge de mener à bien l'indépendance. Face à une situation politique et religieuse explosive et devant la détermination de la Ligue, Lord Mountbatten est persuadé que la partition est l'ultime solution. Les membres du Congrès indien se ralliant un à un à cette issue, il annonce, le 3 juin 1947 la décision du gouvernement britannique d'accorder l'indépendance à l'Inde sur la base de la partition et fixe la date du 15 août 1947.

Proclamation de l'indépendance de l'Hindoustan, 20 août 1947

10 millions de déplacés

L'Independance Bill (ou acte d'indépendance) définit la partition selon les modalités suivantes : les provinces auparavant directement administrées par les Britanniques seront rattachées à l'un ou l'autre des deux Etats selon l'appartenance majoritaire de la population à la religion Hindoue ou Musulmane. Quant aux Etats princiers, il décideront librement de leur appartenance au Pakistan ou à l'Inde.

Au Pendjab, l'exode des Sikhs, 18 septembre 1947

La délicate mission du tracé des frontières est confiée à Sir Radcliffe, un avocat londonien. Peu conforme à la réalité politique et religieuse complexe du terrain cette partition aura des conséquences dramatiques.

Les massacres de la population musulmane, 25 septembre 1947

Au final, l'Etat musulman se trouve composé de deux entités géographiques séparées et distantes de plus de 2 000 km, le Pakistan occidental et le Pakistan oriental. Une absurdité qui aboutira d'ailleurs à la sécession du Pakistan oriental, en 1971 et à la création du Bangladesh. Aujourd'hui encore, ce tracé, et notamment la région du Cachemire est la cause de graves tensions entre l'Inde et le Pakistan.

Interview de Jacques-Francis Rolland sur le voyage qu'il vient d'effectuer aux Indes. Le parcours qu'il y a effectué, la proclamation de l'indépendance indienne, la répartition des territoires en L'Union indienne et le Pakistan, l'antagonisme entre musulmans et hindous aux Indes, les conflits de la région du Punjab, les sikhs.

L'antagonisme musulmans-hindoux en Inde, 31 août 1947 (audio)

Dès les jours suivant l'indépendance, des mouvements de populations massifs se produisent, dégénerant en véritables massacres. Les chiffres évoquent aujourd'hui jusqu'à 1 million de morts et 10 millions de déplacés.

Le départ des Indes anglaises de Lord Mounbatten, dernier vice-Roi des Indes, 1er juillet 1948

Pour aller plus loin

Apostrophes: Les Indes des Anglais, de Gandhi, de l'indépendance et des massacres, 6 juin 1975 

Pakistan : l'avion et le minaret: l'avion et le minaret, 4 juin 1965

Cinq colonnes à la Une: L'Inde, avril 1966

Le Mahatma Gandhi (article) 

Le Pandit Nehru (article)