En 1998, Robert Redford tourne L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux. Adapté du best-seller de Nicholas Evans, il raconte l'histoire vraie de Buck Brannaman, un soigneur "chuchoteur" qui dialogue avec les chevaux…

Il s'agit du cinquième film en tant que réalisateur de l'acteur américain. Avec cette adaptation tirée d'une histoire vraie, ce passionné d'environnement livre une ode à la nature et l’écologie. Les magnifiques paysages du Montana apporte un charme indéniable à ce film humaniste.

Robert Redford évoque Buck Brannaman, l'homme qui a inspiré le héros de son film :  "C'est un cowboy qui vit au milieu des chevaux, il les connait bien. Mais il passe le plus clair de son temps à animer des stages pour apprendre aux gens à se comporter différemment avec leurs chevaux. Les gens peuvent se connecter et communiquer avec leur animal, à ne plus les battre ou les attacher, à ne plus en faire des esclaves".

Buck Brannaman décrit ainsi sa pratique : "C'est un mode de communication entre l'homme et le cheval, plus subtil, plus fin. Ils ont tous deux un rôle : le cheval suit, l'homme est le leader mais ça ne rend pas l'homme meilleur que le cheval pour autant".

Au casting, Kristin Scott-Thomas. En français, elle évoque ainsi sa rencontre avec Redford : "Quand je suis arrivée à Los Angeles pour le rencontrer, je me suis trouvée comme toute midinette, complètement idiote avec les genoux qui tremblaient… en train de glousser. Épouvantable. Il m'a sauvé – parce qu'il a l'habitude de voir des femmes un peu gags devant lui – il m'a remonté… Mais c'était surtout le metteur en scène qui m'intéressait."

A noter : L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux marque également le premier grand rôle de la jeune Scarlett Johansson à tout juste quatorze  ans en 1998.

Rédaction Ina le 03/04/2018 à 13:54. Dernière mise à jour le 06/04/2018 à 18:04.
Art et Culture Cinéma