solarimpulse512

Solar Impulse I déploie ses ailes photovoltaïques

Cette fois, l'homme a fait mieux qu'Icare… il ne s'est pas brûlé les ailes, non, mais a utilisé l'énergie illimitée de l'astre solaire pour s'élever toujours plus haut dans les airs et faire le tour de la Terre.

Solar Impulse 2 est le premier avion solaire à avoir réalisé un tour du monde avec escales sans encombre. Parti d'Abou Dhabi aux Émirats arabes unis le 9 mars 2015, il a atterri au même endroit le 26 juillet 2016, bouclant ainsi un périple de 16 mois. Aux commandes du monoplace se sont relayés deux pilotes d'exception : Bertrand Piccard, 58 ans, et André Borschberg, 63 ans.

Un rêve devenu réalité. Comment ? Grâce à Solar Impulse I dont la maquette est présentée en 2007 par son concepteur Bertrand Piccard, un aventurier suisse, qui avait déjà à son actif un tour du monde en ballon en 1999. Il explique ici que ce monoplace pourra voler 36 heures sans interruption. Le futur pilote évoque aussi la problématique du manque de sommeil qu'il faudra alors résoudre alors.

Deux ans plus tard, en 2009, le prototype du Solar Impulse I, en fibre de carbone, est enfin réalisé : 63,40 m d'envergure, 1600 kilos et 12000 cellules photovoltaïques. "Large comme un Airbus, léger comme une voiture et aussi puissant qu'un scooter…". Pour Bertrand Piccard, cette aventure technologique est avant tout un "excellent ambassadeur des énergies renouvelables".

7 juillet 2009. L'avion effectue un 1er vol réussi de 25 heures non-stop au-dessus de la Suisse sans carburant. Images du pilote dans le cockpit.

Solar Impulse II à la conquête du monde

L'objectif affiché dès le début est d'effectuer un tour du monde. Il faudra encore attendre six ans avant de le réaliser. C'est Solar Impulse II qui concrétisera le rêve de ses concepteurs.

Le 8 mars 2015, à la veille du décollage André Borschberg et Bertrand Piccard, les deux pilotes qui vont se relayer, présentent leur bébé : 1,5 tonne seulement mais aussi large qu’un Boeing 747. Ses 17 000 capteurs alimenteront ses quatre moteurs électriques. Le SI2 vole à 80 kms en moyenne. Ils ne leur restent plus désormais qu'à se glisser dans le cockpit de 3m², sans chauffage ou air conditionné mais équipé de bouteilles d'oxygène pour permettre aux pilotes de respirer et d'un coin toilettes. La cabine est recouverte d'une mousse isolante pour atténuer les températures extrêmes en vol, entre +40°C et -40°C. Une prouesse humaine impressionnante.

9 mars 2015. Décollage réussi. 500 kms en 12 heures. La 1ère étape relie Abou Dhabi et Mascate dans le Sultanat d'Oman.

La traversée du Pacifique

6 jours et 6 nuits au-dessus de l'océan, c'est l'incroyable défi que réalise André Borschberg...

Le 31 mai 2015, il quitte la Chine; direction Hawaï, pour 8500 kms au-dessus du Pacifique. À Monaco, Bertrand Piccard suit le vol et explique comment l'avion peut continuer à fonctionner la nuit, ainsi que les manœuvres à effectuer jusqu'à la levée du jour.

1er juin 2015. Solar Impulse s'arrête à Nagoya car une tempête menace. Faute de bonnes conditions météorologiques, l'escale forcée durera près d'un mois.

29 juin, il redécolle enfin pour Hawaï. La route est complexe et le pilote devra tenir 5 jours dans l'espace confiné de son cockpit sans dormir, en pratiquant du yoga et de l'auto-hypnose.

3 juillet 2015. L'avion atterrit en douceur à Hawaï, avec à la clé un nouveau record : le plus long vol sans escale : 120 heures, que détenait jusqu'alors Steve Fosset

En septembre 2015, Bertrand Piccard, évoque les techniques d'auto-hypnose utilisées pour parvenir à conserver l'attention malgré le manque de sommeil. Il délivre également son message écologique positif : "il est désormais possible de diminuer la consommation énergétique en utilisant ces technologies propres en remplacement des anciennes". Il revient enfin sur sa vocation d'explorateur remontant aux premiers pas sur la Lune.

Novembre 2015, à la veille de la COP 21, l'équipe présente des images inédites du cockpit.

Durant son périple de seize mois, l’avion a également fait escale à Ahmedabad et Bénarès (Inde), Mandalay (Birmanie), Chongqing et Nankin (Chine), Solar Impulse 2 a également traversé l’Amérique du Nord, s’arrêtant à San Francisco, Phoenix, Tulsa, Dayton, Lehigh Valley et enfin New York…

L'extraordinaire voyage de 42 000 kms s'achève là où il avait commençait, à Abou Dhabi, le 26 juillet 2016.

Pour aller plus loin

Les précédents avions solaires… Solar One, Pingouin, Solar challenger... Focus sur les nombreux Icare modernes (Playlist).

Rédaction Ina le 26/07/2016 à 10:04. Dernière mise à jour le 26/07/2016 à 10:22.
Sciences et techniques Nouvelles technologies