L'abolition de l'esclavage

Redaction Ina le 20/12/2012 à 13:09. Dernière mise à jour le 04/05/2017 à 10:15.
Grandes dates
L'abolition de l'esclavage aux USA

A l’occasion de la journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions, Ina.fr revient sur le combat abolitionniste américain, acté par le 13e amendement de la Constitution fédérale, signé le 1er janvier 1863.

 Naissance de l’esclavage aux Etats-Unis

 L'esclavage américain se développe quelques années après l'installation des premiers colons en Virginie en 1619. Il est d’abord prévu comme une pratique temporaire, le temps d’aider les colons à défricher, cultiver les terres et à bâtir leurs villes.
La servitude s’institutionnalise dans l’ensemble des colonies dans la seconde partie du XVIIème siècle, mais c’est surtout dans le Sud que l’esclavage occupe une position centrale. Au total, les treize colonies puis les États-Unis importent environ 600 000 Africains, soit 5 % du total des esclaves déportés vers les Amériques, jusqu'à l'interdiction de la traite atlantique en 1808.

 Abolitionnistes du nord

 Dès 1688, au Nord, les premières voix abolitionnistes se font entendre : Francis Daniel Pastorius, Anthony Benezet. Dans les années 1770, se créée, à Philadelphie, une Société d’Emancipation des Noirs libres.
Au milieu du XVIIème, de grands noms se rallient à la cause, parmi eux : Thomas Jefferson, George Washington et le président des USA, Benjamin Franklin. Il affranchit ses esclaves personnels dès 1772. Très vite, les états du Nord votent l’abolition : le Vermont en 1777, la Pennsylvanie en 1780, rejoints par le Massachussetts, jusqu’à la puissante Virginie en 1782.
Pourtant, lorsque la Constitution américaine entre en vigueur le 4 mars 1789, elle ne remet pas en cause l'esclavage pratiqué dans les États du Sud, afin de garantir l'union de la jeune nation.

 L’esclavage, base de l’économie dans le sud

 L'esclavage occupe une position centrale dans l'organisation sociale et économique du Sud des États-Unis. Les esclaves travaillent dans les riches maisons sudistes comme domestiques et dans le secteur agricole, en particulier dans les plantations de tabac et de coton.
 La vie quotidienne est difficile, la révolte réprimée. Dans les grandes plantations, les régisseurs sont autorisés à fouetter et brutaliser les esclaves désobéissants. Parmi les châtiments utilisés figurent les privations et le marquage au fer rouge pour les fugitifs.
Si les domestiques sont globalement mieux nourris et bénéficient de conditions de travail plus clémentes, ils subissent aussi plus directement l'arbitraire des décisions et des châtiments de leurs propriétaires. La vie de famille est un refuge important pour les esclaves qui parviennent à en fonder une et à la maintenir.
Le maître peut décider à tout moment d’en séparer les membres. La musique et le chant sont aussi un échappatoire qui a donné naissance à une culture riche et originale.

 Fuites et révoltes

 L’abolition progressive de l’esclavage dans les États du Nord fait naître un mouvement de résistance et un désir de fuite. Un réseau secret de chemin de fer clandestin s’organise qui aide la fuite et facilite l’accueil des fugitifs.
Le nombre des révoltes et des évasions planifiées augmentent. Nombre d’entre-elles échouent car ébruitées, parmi les plus célèbres : celle de Gabriel Prosser en Virginie (1800) ou de Denmark Vesey en Caroline du Sud (1822).

 La guerre de Sécession

 Les tensions entre le Nord et le Sud sont désormais trop importantes pour trouver un compromis. Les Confédérés du Sud entrent en sécession au nom de leur droit à l’auto-détermination et pour protester contre l’élection du républicain Abraham Lincoln à la présidence de la République.
Les Nordistes n’ont pas d’autre solution que de rentrer en guerre pour l’unité territoriale du pays. L’abolition de l’esclavage devient l’un des motifs de la guerre de Sécession. Cependant, jusqu’en août 1862, Lincoln se défend de faire de l’abolition un des objectifs du conflit.
Sa prudence est principalement stratégique, car 4 des états qui soutiennent l’Union (le Delaware, le Maryland, le Kentucky, le Missouri) sont encore esclavagistes.
Une émancipation immédiate aurait présenté le risque de les faire basculer dans le camp sécessionniste.

 L’abolition de l’esclavage

 Après la guerre, le 13e amendement de la Constitution américaine du 1er janvier 1863 abolit définitivement l’esclavage sur l’ensemble du territoire américain. Les amendements consécutifs, le 14e et 15e, ne parviendront toutefois pas à empêcher l’instauration d’un système ségrégationniste dans le Sud du pays.
Ina.fr revient en images sur l’histoire de l’abolition de l’esclavage.