Figure emblématique du socialisme français, Jean Jaurès naissait le 3 septembre 1859. Ardent pacifiste et génie oratoire, le leader de la gauche réformiste était aussi le fondateur du quotidien L'Humanité. Il allait être assassiné le 31 juillet 1914, quelques jours avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale.

"Comment Jaurès, intellectuel, petit bourgeois de province devient-il le premier des socialistes ? Quand il a vingt ans, en 1880 on se remet à peine de la sanglante répression de la Commune. Le socialisme n'est alors qu'une myriade de groupuscules représentés par Proudhon, Saint Simon ou Fourrier... Le choc de Jaurès c'est la découverte de la misère ouvrière. Il mettra toutes ses forces au service d'une révolution sociale. Républicain, il est élu à 26 ans député du Tarn. Le politicien ne deviendra vraiment socialiste que lorsque les mineurs de Carmaux le choisiront pour être le leader de leur lutte. A partir de ce déclic, Jaurès va travailler à rassembler les peuples de gauche au sein d'un seul parti socialiste, entre les marxiste de Jules Guesdes, les ouvriéristes et les modérés.

Quand née la SFIO en 1905, il en devient naturellement l'un de ses chefs. Il défend les ouvriers, l'enseignement laïc, la République. Alors que l'Europe est sur le point d'entrer en guerre, Jaurès lutte corps et âme pour la paix. Des positions qui lui coûtent la vie. Pacifiste et anti-colonialiste, Jaurès meurt assassiné par le nationaliste Raoul Villain au Café du Croissant, rue de Montmartre à Paris. Un meurtre qui ébranle la gauche française qui finit par se rallier à l'Union sacrée. Le lendemain de son enterrement le 3 août 1914, commençait la Première Guerre mondiale." (Jean-Michel Mercurol)

Retour en images sur les funérailles de Jean Jaurès le 3 août 1914 à Castres. En 1924, sa dépouille entre au Panthéon.

"On vous assassinera au premier coin de rue"

1946. Un an après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Les Actualités Françaises célèbrent Jean Jaurès.

Soutien aux mineurs de Carmaux, accusateur puis virulent défenseur du capitaine Dreyfus, fondateur du journal l'Humanité, pacifiste… Toute sa vie Jean Jaurès s'est battu contre l'injustice. 

 

Pour aller plus loin 

Jaurès, sa vie et sa mort : Une émission radiophonique de 1948 réalisée et diffusée à l'occasion de la mort de Jean Jaurès. Cette émission spéciale est constituée d'une pièce en onze tableaux de Georges de Wissant ainsi que d'une reconstitution historique d'André Delferriere baptisée "La translation des cendres de Jaurès au Panthéon".

Raymond Velut sur l'assassinat de Jean Jaurès. L'ancien serveur au café du Croissant à Paris, se souvient de l'assassinat de Jean Jaurès par Raoul Villain le 31 juillet 1914. Il est interrogé par sa petite fille et par André Gélineau (conseiller pédagogique habitant Coudreceau en Eure-et-Loir) qui a enregistré son témoignage.(Inter actualités de 12H00, 16 décembre 1972, audio)

31 juillet 1914. Jean Jaurès est assassiné. "Il s'était battu contre toute espérance". Rencontre avec Georges Weill, dernier témoin vivant de l'assassinat. (Premium)

Alain Decaux raconte l'assassinat de Jaurès. (Premium)

Mars 1919. Raoul Villain est acquitté par un jury populaire pour un crime jugé "patriotique". En 1993, reconstitution du procès. Maitre Gattegno joue l'assassin.

François Mitterrand se recueille devant le café du Croissant. (1984)

"Il n'y a pas de vérité sacrée" La comédienne Suzanne Flon lit une page de Jean Jaurès sur l'enseignement laïc.

Florence Dartois

jaures620
Rédaction Ina le 11/07/2014 à 10:17. Dernière mise à jour le 16/09/2019 à 10:52.
Histoire et conflits Partis politiques